layout/navbar/fr_FR/fr_FR/editoArticle/

L'actu des animaux

Vétérinaires

Anne-Claire Gagnon : ces chats qui ont changé leur vie

Anne-Claire Gagnon : ces chats qui ont changé leur vie

Article publié le : 28/11/2018

Anne-Claire Gagnon, vétérinaire, exerce dans le domaine du comportement félin. Elle signe chez Larousse un livre intitulé : Ce chat qui a changé ma vie ; 50 histoires vraies qui modifient notre compréhension du monde. Préfacé par Matthieu Ricard, moine bouddhiste et philosophe, défenseur de la bienveillance envers tous les entres vivants, l’ouvrage propose donc une cinquantaine de témoignages de diverses personnalités, connues ou anonymes, ayant toutes « un chat », qui a été essentiel dans leurs choix de vie. Et qui a eu une influence dans leur existence. Parmi ces témoignages figurent ceux de nombreux vétérinaires français et étrangers. Rencontre avec l’auteure. 

SantéVet : Comment est née l'idée de ce livre ?

Anne-Claire Gagnon : Comme souvent, l'idée a mûri depuis quelques années. En partie grâce aux chats de mes clients ainsi qu'à mon histoire personnelle lorsque j'ai compris que certaines trajectoires de nos chats décidaient de l'orientation de nos vies, nous aidaient à comprendre des choses et à grandir en humanité. C'est juste après les attentats de Charlie Hebdo que l'idée du livre s'est également imposée à mon éditeur. Le titre m'a ensuite ouvert les portes de tous les témoins avec enthousiasme.

 

SantéVet : Comment ont été sélectionnés les 50 intervenants ?

Anne-Claire Gagnon : J'avais beaucoup d'anciens clients dont je connaissais l'importance de leurs chats (sans d'ailleurs tout en savoir!) dans leur vie. Et j'ai également interrogé des personnalités dont je savais ou pressentais qu'elles avaient un lien très fort avec les chats, sans pour autant les connaître. Comme l'écrivain Muriel Barbery, qui a accepté d'apporter sa contribution à l'ouvrage. Ou parce que j'avais déjà eu la chance de les rencontrer comme le réalisateur Philippe Muyl, qui était venu à Lyon au Congrès Chat en 2009 nous projeter son court-métrage, Histoires de chats.

  

SantéVet : Quels sont les vétérinaires qui témoignent ?

Anne-Claire Gagnon : Beaucoup de vétérinaires pour chats, de toutes nationalités, mais également des vétérinaires praticiens, en activité ou non, et des vétérinaires qui exercent leur profession hors de la clientèle stricte, comme par exemple Jean-Christophe Vullierme [directeur de la DAV, direction des affaires vétérinaires de SantéVet, Ndlr].

 

 

« Tous ces témoignages m'ont émue, fait rire ou pleurer. »

 

 

SantéVet : Quels sont, dans la profession vétérinaire, les récits qui vous ont le plus touchée ?

Anne-Claire Gagnon : Tous m'ont émue, fait rire ou pleurer. Mais si je ne dois en retenir qu'une ce sera Karen Moriello, qui est la maman de la dermatologie vétérinaire et la spécialiste de la teigne. Elle est allergique aux chats, ce qui ne l'empêche pas depuis plus de 30 ans de leur consacrer sa vie professionnelle, et elle s'apprête à accueillir un nouveau chat chez elle. Karen est une femme fabuleuse !

 

SantéVet : Les vétérinaires ont à faire face chaque jour à la maladie, la souffrance animale et la détresse des maîtres. Le grand public ne sait pas toujours à quel point les vétérinaires sont avant tout des amoureux des animaux, qu'ils en possèdent parfois eux-mêmes. Etait-ce un des buts de ce livre ?

Anne-Claire Gagnon : Oui, sans aucun doute, car ici dans leurs témoignages ils tombent la blouse et le stéto et sont d'abord et avant tout de bons humains de compagnie de leur chat. Ils témoignent de leur affection profonde pour leur compagnon félin, comme par exemple Danièlle Gunn-Moore, qui dit combien Cardhu lui a appris comment dysfonctionnait un chat âgé et tout ce qu'il fallait comprendre, au quotidien, dans l'approche de la gériatrie féline.

 

« J'espère que le livre sera reçu comme le témoignage collectif de la reconnaissance que nous avons pour nos chats. »

 

SantéVet : Ce livre est-il un message de bien-être et d'espoir ou souligne-t-il aussi notre détresse qui nous pousse parfois à "aimer" un animal de compagnie ? Est-ce que la présence d'un chat a-t-elle vraiment autant d'influence sur notre vie ?

Anne-Claire Gagnon : J'espère que le livre sera reçu comme le témoignage collectif de la reconnaissance que nous avons pour nos chats, ce qu'ils nous apportent au quotidien, nous aident à comprendre, comment ils peuvent éclairer notre chemin. Et pour citer l'écrivain Muriel Barbery, comment "ils élèvent notre âme".

Tous les témoignages soulignent à quel point les leçons de vie de nos chats nous aident à grandir : ce sont des maîtres en philosophie, voire en bonheur, comme le souligne le Professeur Jean-Pierre Marguénaud.

 

SantéVet : Est-ce à votre avis plus difficile pour un vétérinaire de voir son animal vieillir, tomber malade, ayant conscience rapidement des problèmes qui peuvent se profiler ?

Anne-Claire Gagnon : Je ne crois pas qu'anticiper et être conscient d'un problème le rende plus difficile, au contraire. Savoir appeler un chat un chat est une excellente chose qui permet, notamment avec la maladie et le vieillissement, d'apprivoiser la fin de vie de nos animaux.

Nos propres chats nous éduquent surtout à mieux comprendre nos clients, les propriétaires de chats, et nos patients félins.

  

SantéVet : Pourquoi avoir fait appel à ce moine bouddhiste et philosophe pour la préface ? Son approche avec la relation animal, en l'occurrence avec les chats, est-elle particulière ?

Anne-Claire Gagnon : J'ai eu la chance voilà tout juste un an de rencontrer Matthieu Ricard et de l'interviewer lors de la publication de son livre Plaidoyer pour les animaux (L'Essentiel, n°348 et version intégrale aussi en ligne sur www.oaba.fr). C'est une rencontre qui a changé ma vie ! C'est donc tout naturellement que je lui ai demandé s'il pouvait avoir la gentillesse d'écrire la préface. Ce qu'il a accepté en écrivant un très beau texte qui nous appelle à être cohérent dans notre amour des animaux et à l'étendre à tous les animaux, pas seulement aux chats.

 

« Le chat reste tristement sur-abandonné et encore sous-médicalisé. »

 

SantéVet : A votre avis, pourquoi en France le chat semble davantage attirer que le chien si l'on en croit le nombre des effectifs ? Facilité de vie en milieu urbain, modes de vie qui rendent plus difficile de s'occuper d'un chien que d'un chat ? Esprit d'indépendance que l'on prête aux félins ?

Anne-Claire Gagnon : Le chat a 3 caractéristiques très appréciées par les humains du XXIe siècle: il est partiellement autonome pour la propreté (mais il ne sait toujours pas nettoyer son bac, point qu'oublient certains propriétaires !) ; il tolère bien la solitude pendant un week-end ; et il est économique : le budget alimentation d'un chat de 4 kg n'a rien à voir avec celui d'un chien de 10kg.

Je crains qu'une quatrième caractéristique ne joue des mauvais tours aux chats : sa capacité à survivre, plus ou moins bien, dans la nature, où certains propriétaires indélicats s'en débarrassent lors des vacances, malheureusement... Le chat reste tristement sur-abandonné et encore sous-médicalisé.

 

SantéVet : D'ailleurs, avoir un animal de compagnie, chien ou chat, est-il vraiment différent ?

Anne-Claire Gagnon : Oui, cela n'a rien à voir ! Le chien est dans la dépendance et son maître dans la reconnaissance que son chien lui témoigne. Avec le chat, on est vraiment dans une relation fraternelle, d'égal à égal, en autonomie émotionnelle.

 

SantéVet : Le chat est-il plus facile à vivre ? Moins difficile à éduquer. La relation est-elle vraiment différente ?

Anne-Claire Gagnon : J'ai coutume de dire qu'avec un chien il faut l'éduquer, alors qu'avec le chat c'est le maître qui doit s'éduquer à vivre avec lui !

Et puis le chat est un animal d'intimité, qui vient mettre ses pattes sur le clavier, dort sur le lit (voire sur l'oreiller ou sur nous!). Il a l'art de se mettre à notre hauteur, voire de nous regarder parfois de haut, donc avec une distance qui lui donne souvent de la perspective !

 

« Les vétérinaires ont tout à gagner à encourager les maîtres à souscrire une assurance santé animale. »

  

SantéVet : Dans le domaine du comportement félin, un aspect qui vous passionne, quelles ont été les grandes avancées de ces dernières années ?

Anne-Claire Gagnon : La reconnaissance des tempéraments et de l'individualité des chats pour qui la surpopulation peut commencer à 2 quand ils ne sont pas bien accompagnés. Ce sont les anglo-saxons qui nous ont éduqués sur ce point.

Et bien sûr la prise en charge environnementale et médicale des troubles du comportement. Notamment la cystite idiopathique et la malpropreté urinaire.

  

SantéVet : Enfin, que pensez-vous de l'assurance santé animale, ses bienfaits, son utilité ?

Anne-Claire Gagnon : C'est pour moi l'avenir de la médecine féline, sans aucun doute! [ voir l’article d’Anne-Claire Gagnon dans L'Essentiel, n° 351/352 et l'édito de Jean-Pierre Samaille dans le n° 377). En 2006, c'est la constatation que nous avions faite avec mes collègues scandinaves quand ils nous ont donné les taux de médicalisation (et d'assurance) dans leur pays.

Les anglo-saxons ont la démarche préventive inscrite dans leur ADN, mais nous restons encore trop timides et c'est dommage. Les vétérinaires ont tout à gagner à encourager leurs clients à souscrire une assurance santé pour leur chat: c'est l'assurance pour eux de pouvoir prescrire, opérer, bref d'exercer en toute liberté, sans la pression économique.

 

Propos recueillis par Claude Pacheteau/SantéVet

 

Ce chat qui a changé ma vie ; 50 histoires vraies qui modifient notre compréhension du monde

Par Anne-Claire Gagnon ; préface de Matthieu Ricard

Editeur : Larousse

Date de sortie : 6 octobre 2015

14 x 20,5 cm ; 192 pages ; broché

ISBN / EAN : 978-2-03-587949-3 – 9782035879493

 

SantéVet

Le leader de l'assurance santé chien, chat et NAC

Photos : ACG-DR / YAP Photo

Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure