L'actu des animaux

Maladies et prévention des chiens

Hernie discale chez le chien : symptômes, traitement, pronostic

Hernie discale chez le chien : symptômes, traitement, pronostic

Article publié le : 16/11/2022

La hernie discale est une pathologie neurologique fréquente chez le chien. Elle résulte d’une compression de la moelle épinière, à l’origine de troubles locomoteurs plus ou moins graves et nécessitant une prise en charge rapide de l’animal par un vétérinaire. Nous allons détailler les principales caractéristiques de cette maladie.

Qu’est-ce que la hernie discale chez le chien et comment survient-elle ?

La moelle épinière est une partie du système nerveux parcourant l’ensemble de la colonne vertébrale chez les animaux, qui conduit les informations du cerveau vers les organes.

Tout au long de la colonne, entre les vertèbres, se trouvent des structures appelées disques intervertébraux.

Un disque est composé d’un noyau pulpeux entouré d’un anneau fibreux, et au-dessus, un canal médullaire permettant le passage de la moelle.

Ils permettent la mobilité entre les vertèbres et jouent également le rôle d’amortisseur de chocs

Une hernie discale survient lorsque la moelle est comprimée par l’une des structures du disque :

- Soit suite à une dégénérescence de l’anneau fibreux, entraînant une migration du noyau qui va alors comprimer canal médullaire : c’est ce qu’on appelle les hernies de type I. Les chiens de petite race (Teckel, Shih-Tzu, Lhassa Apso, Beagle, Bouledogue français, Cocker, Pékinois, Jack Russell, Basset Hound, Bichon frisé et Bichon Maltais, Caniche, Cavalier King Charles, Carlin…) d’âge moyen (entre 3 et 6 ans) sont prédisposés à la dégénérescence prématurée de leurs disques.

- Soit suite à une protrusion de l’anneau fibreux (action qui pousse en avant un organe dans des conditions anormales), qui s’épaissit et va comprimer le canal médullaire : c’est ce qu’on appelle les hernies de type II, les chiens de grande race comme le Berger Allemand, Labrador, Rottweiler, Doberman…) d’âge avancé (à partir de 6-7 ans) sont les plus à risque.

- Soit suite à un traumatisme (accident, chute, choc) qui peut alors toucher toutes les races, à tout âge.

Les signes cliniques ne diffèrent pas en fonction du type de hernie, mais varient en fonction du degré de compression de la moelle.

Quels sont les symptômes de la maladie ?

En fonction de l’intensité des signes cliniques, la maladie peut être classée en différents stades :

Stade 1 : le chien est douloureux, il couine, gémit, est réticent à se promener, et peut également présenter des tremblements et être prostré.

Stade 2 : le chien souffre de douleur et d’une motricité réduite (parésie), mais peut encore se déplacer. Il présente une démarche anormale et une faiblesse des membres.

Stade 3 : le chien est douloureux et n’arrive plus à se déplacer, marcher seul (paralysie), mais peu encore bouger ses membres : il conserve une sensibilité à la douleur, ce qui signifie qu’il réagit si on lui pince fortement la peau.

Stade 4 : le chien est totalement paralysé, il ne peut plus du tout bouger les postérieurs, mais présente encore une sensibilité à la douleur.

Stade 5 : le chien est totalement paralysé et n’a plus de sensibilité à la douleur profonde. Il peut alors présenter une incontinence urinaire et/ou fécale.

Chez les animaux, si la hernie discale se produit en bas de la colonne vertébrale, seuls les membres postérieurs sont atteints : c’est ce qu’on appelle une hernie thoracolombaire.

Si la compression se produit dans la région des épaules ou au niveau du cou, les 4 membres, antérieurs et postérieurs, sont touchés : c’est ce qu’on appelle une hernie cervicale.

La progression peut être rapide : un animal peut être en stade 1 et passer en quelques heures à un stade plus avancé. La prise en charge et le diagnostic doivent donc être rapides pour éviter une aggravation des symptômes. 

Comment diagnostiquer cette affection ?

Le diagnostic pourra être effectué dans une clinique où le vétérinaire procèdera tout d’abord à un examen neurologique complet de votre chien, et échangera avec vous de l’ensemble de ses signes cliniques (vitesse d’apparition, antécédents…). 

Ensuite, des examens d’imagerie pourront être réalisés afin de visualiser la hernie s’il y en a une, et localiser le disque intervertébral touché : IRM, scanner, myélographie… Chez les chiens, ces examens sont réalisés sous anesthésie générale

Il est possible que votre vétérinaire traitant vous réfère à une clinique spécialisée pour la prise en charge de ce type d’affection.  

Quelle prise en charge thérapeutique ?

Pour les chiens présentant une hernie discale de stade 1 (avec de la douleur sans signe de paralysie), un traitement médical anti-inflammatoire et du repos strict pendant plusieurs semaines peuvent être prescrits en première intention, pour permettre au disque touché de cicatriser progressivement. Une amélioration doit être observée sous 2 à 8 semaines.

Pour tous les autres stades, ou si le traitement médical n’a pas fonctionné pour un stade 1, une prise en charge chirurgicale d’urgence est nécessaire afin de décomprimer la moelle épinière. La prise en charge doit être rapide afin d’éviter toute aggravation, de préférence dans les 48h suivant l’apparition des symptômes.

Le chirurgien va accéder à la moelle, au niveau du disque hernié (repéré lors des examens d’imagerie réalisés avant l’opération), puis retirer le matériel qui comprime la moelle. 

Si des lésions au niveau de la moelle sont observées lors de la chirurgie, elles sont malheureusement irréversibles : il n’est pas possible de remplacer une moelle épinière. C’est le cas lorsque l’affection est chronique, c’est-à-dire qui évoluent depuis longtemps.

Quel est le pronostic ?

Plus la prise en charge chirurgicale est réalisée à un stade précoce, meilleur sera le pronostic et l’animal aura de bonnes chances de remarcher.

Pour les stades 4 et 5, les chances de récupération sont plus minces.

Un chien totalement paralysé depuis moins de 48 heures a, théoriquement, encore plus de 50 % de chance de remarcher s’il est opéré immédiatement.

Enfin, en cas de paralysie avec absence de sensibilité à la douleur depuis plus de 2 jours, on tombe à moins de 10 % de chances qu’il remarche, même avec une chirurgie.

En post-opératoire, la convalescence peut être longue. La durée d’hospitalisation à la clinique va dépendre du confort post-opératoire et de l’état neurologique de votre chien. 

Au début, le chien aura du mal à marcher, il peut être incontinent et avoir besoin d’aide pour vider sa vessie.  Dans la plupart des cas, une amélioration est observée dans les quelques jours suivant la chirurgie.

Des séances de rééducation pourront être nécessaires, et des visites de contrôle à la clinique seront également à prévoir.

Peut-on prévenir cette pathologie ?

Il est difficile de prévenir la hernie discale. Néanmoins, chez les races prédisposées, il est recommandé d’éviter certains mouvements, par exemple la descente du canapé ou des escaliers. Vous pouvez alors porter votre chien, en le soutenant sur la totalité de son corps avec vos avant-bras sur son ventre.

La hernie discale est donc une affection assez fréquente et grave chez le chien. Le pronostic est plutôt bon pour les stades précoces lorsqu’une chirurgie est réalisée rapidement. Il est donc important de détecter les signes tôt et d’amener votre animal chez le vétérinaire avant que son état ne s’aggrave. Dans tous les cas, la convalescence sera assez longue, mais les résultats peuvent être assez spectaculaires en quelques jours.

 

SantéVet

Ensemble, prenons soin de votre animal

Photos : 123RF 

A propos de l'auteur

Juliette Garnodier

Juliette Garnodier

> Voir sa fiche
Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure