Claude Pacheteau

La dysplasie des hanches chez le chien

La dysplasie des hanches est une maladie articulaire génétique fréquente chez certaines races de chiens. C'est une affection qui peut considérablement altérer le confort de vie de l'animal atteint. Nous allons voir dans cet article quels sont les facteurs de risque, les signes cliniques et différents moyens de dépister la maladie, ainsi que les traitements disponibles sur le marché.

Définition : qu'est-ce que la dysplasie des hanches chez le chien ?

La dysplasie de la hanche chez le chien est une malformation de l'articulation de la hanche qui affecte souvent les races de grande taille. Normalement, l'articulation de la hanche est une structure complexe composée d'une cavité pelvienne (l'acétabulum) dans laquelle s'emboîte la tête du fémur.

Les surfaces articulaires sont recouvertes de cartilage, qui agit comme un amortisseur et permet un mouvement fluide. Les ligaments et les muscles environnants stabilisent l'articulation, lui permettant de supporter le poids et de permettre le mouvement du chien.

Dans le cas de la dysplasie de la hanche, le développement anormal de l'articulation provoque une laxité articulaire (perte de masse musculaire aux membres postérieurs). 

La tête du fémur et l'acétabulum ne s'emboîtent pas correctement, entraînant une friction anormale entre les os. Cette friction conduit à l'usure prématurée du cartilage, entraînant une dégénérescence progressive de l'articulation et une inflammation, ce qui provoque de la douleur et une limitation de la mobilité.

Quelles sont les causes de la dysplasie coxo-fémorale ?

La dysplasie de la hanche chez le chien est une pathologie complexe qui peut être causée par un ensemble de facteurs génétiques, environnementaux et comportementaux :

- Facteurs génétiques : La prédisposition génétique est l'un des principaux déterminants de la dysplasie de la hanche. Certains chiens ont un risque élevé de développer cette maladie en raison de leur lignée génétique. Les éleveurs responsables tentent de réduire la prévalence de la dysplasie en sélectionnant des chiens parents exempts de cette affection.

- Croissance rapide du jeune chiot : Une croissance rapide pendant la période de développement du chiot peut exercer une pression excessive sur les articulations, ce qui peut contribuer au développement de la dysplasie de la hanche.

- Excès de poids : Un excès de poids exerce une pression supplémentaire sur les articulations, ce qui peut aggraver la dysplasie de la hanche ou en accélérer la progression.

- Nutrition inadéquate : Une alimentation inappropriée ou déséquilibrée pendant la phase de croissance du chien peut affecter le développement osseux et articulaire, augmentant ainsi le risque de dysplasie de la hanche.

- Exercice inapproprié : Un exercice excessif, en particulier sur des surfaces dures ou inégales, peut également aggraver la maladie en provoquant une pression excessive sur les articulations de la hanche.

- Autres facteurs environnementaux : Des facteurs environnementaux tels que des traumatismes, des conditions climatiques extrêmes ou une mauvaise posture peuvent également contribuer au développement de la dysplasie de la hanche chez les chiens.

La dysplasie de la hanche chez les chiens est donc une maladie d'origine génétique, influencée par de nombreux gènes. Mais tous les chiens porteurs de ces gènes ne développent pas nécessairement la maladie, et les facteurs environnementaux jouent un rôle dans l'apparition des symptômes.

A quel âge un chien peut-il être dysplasique ?

chiot_dysplasie

La dysplasie de la hanche peut se manifester chez les chiens de tout âge, mais elle est généralement observée chez les chiens en croissance, principalement entre l'âge de quatre mois et un an. Cependant, les symptômes peuvent également apparaître plus tard chez les chiens adultes.

Il est très important de surveiller les signes de dysplasie de la hanche dès les premiers stades de croissance, car une intervention précoce peut aider à ralentir la progression de la maladie et à améliorer la qualité de vie du chien à long terme.

Quelles races de chiens sont prédisposées ?

Certaines races de chiens sont connues pour être prédisposées à la dysplasie de la hanche en raison de facteurs génétiques. Parmi les races les plus fréquemment touchées, on trouve généralement les races de grande taille et les races géantes, notamment :

- Le Labrador Retriever

- Le Golden Retriever

- Le Berger allemand

- Le Rottweiler

- Le Dogue allemand

- Le Saint-Bernard

- Le Bouvier bernois

- Le Bouvier des Flandres

La dysplasie de la hanche peut également affecter d'autres races, et même des chiens de petite taille ou des croisés. 

Comment reconnaître les symptômes d'une dysplasie de la hanche chez le chiot et le chien adulte ? 

La détection précoce des signes cliniques de la dysplasie de la hanche chez les chiots et les chiens adultes est très importante pour assurer un traitement et une gestion appropriés de la maladie. Voici quelques signes cliniques évocateurs de dysplasie des hanches :

- Boiterie : Un chiot ou un chien atteint de dysplasie de la hanche peut présenter une boiterie d'une ou des deux pattes arrières, intermittente ou persistante, en particulier après une activité physique intense ou une longue période de repos.

- Raideur : Une raideur de l'arrière-train ou une difficulté à se lever après une période de repos prolongée peut indiquer des problèmes articulaires, y compris la dysplasie de la hanche.

- Difficulté à se déplacer : Un chien atteint de dysplasie de la hanche peut montrer des difficultés à monter les escaliers, à sauter ou à se déplacer de manière fluide.

- Réticence à l'exercice : Un chiot ou un chien atteint de dysplasie de la hanche peut éviter les activités physiques ou jouer moins que d'habitude en raison de la douleur et de l'inconfort associés à l'articulation de la hanche.

- Signes de douleur : Des signes de douleur tels que léchage excessif de l'articulation de la hanche, gémissements ou réactions négatives lorsqu'on touche la région de la hanche peuvent indiquer la présence de dysplasie de la hanche.

Si vous observez l'un de ces symptômes chez votre chiot ou votre chien, il est essentiel de consulter un vétérinaire dès que possible pour un examen complet et un diagnostic précis. 

Comment savoir avec certitude si mon chien est dysplasique ?

Faire un diagnostic précoce

Il est primordial de diagnostiquer rapidement la dysplasie de la hanche chez les chiots présentant des symptômes ou considérés à risque, car certaines interventions ne sont plus réalisables une fois que le chiot a atteint un certain âge. En revanche, il n'y a pas d'urgence particulière pour établir un diagnostic chez les chiens adultes souffrant de dysplasie de la hanche.

Méthodes de dépistage

Pour diagnostiquer une dysplasie des hanches chez un chien, les vétérinaires procèdent en plusieurs étapes :

- Examen physique : Le vétérinaire effectuera un examen approfondi du chien, en évaluant sa démarche, sa posture, sa mobilité et en palpant les articulations pour détecter tout signe de douleur ou d'inconfort. Il vous posera également des questions sur les symptômes présentés, leur date d'apparition, et leur durée d'évolution ; ainsi que le mode de vie de l'animal : exercice physique, alimentation...

- Examens radiographiques sous sédation : Les radiographies de la région pelvienne sont l'une des méthodes les plus couramment utilisées pour diagnostiquer la dysplasie de la hanche chez le chien. Ces images permettent d'évaluer la structure osseuse et de détecter tout signe de laxité, de malformation ou de dégénérescence de l'articulation de la hanche. Ces radiographies doivent être réalisées sous anesthésie générale afin de pouvoir positionner le chien correctement et d'obtenir des clichés de bonne qualité. Le vétérinaire pourra alors examiner les radiographies et observer des signes de dysplasie des hanches, mais pour avoir un diagnostic de certitude, les radiographies doivent être envoyées par votre vétérinaire à un expert spécialisé qui réalisera certaines mesures et confirmer ou infirmer le diagnostic.

Une fois que le diagnostic est confirmé, le vétérinaire discutera des options de traitement disponibles en fonction de la gravité de la dysplasie de la hanche.

Comment soigner une dysplasie des hanches chez le chien ?

Une fois la dysplasie des hanches confirmée, plusieurs options thérapeutiques sont envisageables en fonction de l'âge du chien au moment du diagnostic. Un rendez-vous avec un vétérinaire spécialiste en chirurgie peut être recommandée afin de discuter des avantages et des inconvénients de chaque traitement.

Chirurgie

chirurgie dysplasie chien

Une prise en charge chirurgicale peut être recommandée en fonction du degré de dysplasie de l'animal. Plusieurs chirurgies sont réalisables, notamment en fonction de l'âge du chien ;

- La symphysiodèse : C'est une intervention chirurgicale précoce réalisée chez les chiots âgés de 12 à 20 semaines, avant la fermeture de la ligne de croissance pelvienne. Cette procédure consiste à fusionner chirurgicalement la symphyse pubienne, ce qui peut réduire la laxité de l'articulation de la hanche et aider à stabiliser l'articulation pendant la croissance. La symphysiodèse est généralement recommandée pour les chiots présentant un risque élevé de développer une dysplasie de la hanche, en particulier chez les races de grande taille et les races prédisposées. En réalisant la symphysiodèse à un stade précoce, il est possible de modifier la structure osseuse et de réduire le risque de développement de la dysplasie de la hanche. Cette intervention vise à influencer la croissance et le développement de l'articulation de la hanche avant que des changements irréversibles ne se produisent. Elle peut être réalisée de manière préventive chez les chiots présentant des signes de prédisposition à la dysplasie de la hanche, tels que des antécédents familiaux ou des signes radiographiques précoces de laxité de l'articulation de la hanche.

- La triple ostéotomie du bassin (TOB) : Cette chirurgie est généralement réalisée chez les jeunes chiens âgés de 6 à 12 mois avant que des dommages irréversibles ne surviennent. La TOB consiste à découper chirurgicalement le bassin pour réorienter l'articulation de la hanche, ce qui permet de redistribuer la pression sur l'articulation et de stabiliser la hanche. Cela peut aider à réduire la progression de la maladie et à améliorer la fonction articulaire. 

- La prothèse totale de hanche : Cette procédure consiste à remplacer chirurgicalement l'articulation de la hanche défectueuse par une prothèse artificielle. Elle est généralement recommandée pour les chiens adultes présentant une dysplasie sévère et une destruction articulaire significative. L'âge idéal pour cette chirurgie est généralement à partir de 1 an, une fois que la croissance osseuse est terminée.

-L'exérèse de la tête du fémur : Lorsque la dysplasie de la hanche est sévère et que d'autres options chirurgicales ne sont pas réalisables ou appropriées, l'exérèse de la tête du fémur peut être envisagée pour soulager la douleur et améliorer la mobilité du chien.

L'objectif de cette chirurgie est de retirer chirurgicalement la tête et le col du fémur, permettant ainsi à la cavité pelvienne de former une fausse articulation fibreuse. Bien que cette procédure supprime l'articulation de la hanche d'origine, elle élimine également la source de douleur causée par la friction anormale et l'inflammation associée à la dysplasie de la hanche.

Chaque chien est différent, et le choix de la chirurgie dépendra de la gravité de la dysplasie de la hanche, de l'âge, de la race, de la taille et de la condition générale du chien.

Traitement médicamenteux

Le traitement médical de la dysplasie de la hanche chez les chiens vise principalement à soulager la douleur, à réduire l'inflammation et à améliorer la mobilité, mais en aucun cas il ne pourra être curatif. Plusieurs médicaments sont couramment utilisés pour gérer les symptômes associés à cette maladie :

- Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : Ces médicaments peuvent être prescrits, par voie orale, pour réduire l'inflammation et soulager la douleur associée à la dysplasie de la hanche. Ils agissent en inhibant la production de prostaglandines, des substances responsables de l'inflammation et de la douleur. Cependant, leur utilisation à long terme n'est pas recommandées en raison de leurs effets secondaires, notamment sur le fonctionnement des reins. 

- Analgésiques : Des analgésiques peuvent être utilisés, par voie orale, pour contrôler la douleur neuropathique associée à la dysplasie de la hanche. Ce traitement médical agit en bloquant la transmission des signaux de douleur dans le système nerveux central.

- Anticorps monoclonaux : Les anticorps monoclonaux sont des protéines produites en laboratoire qui peuvent cibler les facteurs inflammatoires ou les protéines associées à la douleur articulaire chronique, aidant ainsi à réduire l'inflammation et à atténuer la sensation de douleur chez les chiens souffrant de dysplasie de la hanche, sans effet secondaire connu à ce jour. Ce type de traitement médical s'administre par injection, avec une efficacité qui dure environ 4 à 5 semaines.

Il est important de suivre les prescriptions concernant la posologie et la durée du traitement, ainsi que de signaler tout effet secondaire potentiellement indésirable. 

Alimentation et compléments alimentaires

L'alimentation joue un rôle essentiel dans la gestion de la dysplasie de la hanche chez les chiens, car elle peut contribuer à maintenir un poids normal, à renforcer les articulations et à réduire l'inflammation :

- Alimentation équilibrée : Optez pour une alimentation de haute qualité spécialement formulée pour les chiens atteints de problèmes articulaires. Recherchez des aliments riches en protéines de haute qualité, en acides gras oméga-3, en antioxydants et en vitamines essentielles pour soutenir la santé articulaire et réduire l'inflammation.

- Contrôle du poids : Maintenez un poids corporel normal pour réduire la pression exercée sur les articulations de la hanche. Un excès de poids peut aggraver la dysplasie de la hanche et augmenter l'inconfort et la douleur.

- Compléments alimentaires : Des compléments tels que la glucosamine, la chondroïtine, les acides gras oméga-3 et la vitamine E peuvent être ajoutés à l'alimentation pour favoriser la santé articulaire, réduire l'inflammation et améliorer la mobilité. Ces suppléments aident à renforcer le cartilage, à favoriser la production de liquide synovial et à réduire l'usure articulaire.

Exercice physique

Une thérapie physique comprenant des exercices de renforcement musculaire, des exercices de basse intensité tels que la natation, la marche contrôlée et la physiothérapie peuvent aider à améliorer la mobilité et à renforcer les muscles environnants pour mieux soutenir l'articulation de la hanche.

Des thérapies alternatives telles que l'acupuncture, l'hydrothérapie, l'ostéopathie et la chiropraxie peuvent également être envisagées pour soulager la douleur, améliorer la mobilité et favoriser le bien-être général du chien.

Est-ce qu'un chien peut vivre avec une dysplasie ?

De nombreux chiens peuvent vivre confortablement avec une dysplasie de la hanche, même si la maladie peut limiter leur mobilité et causer de l'inconfort. La dysplasie des hanches ne réduit pas l'espérance de vie de l'animal, mais affecte considérablement son confort au quotidien.

Si aucun traitement n'est mis en place, le chien développera très tôt des signes d'arthrose au niveau des hanches, mais également au niveau des autres articulations qui essaieront de compenser le mauvais fonctionnement des hanches et qui par conséquent s'useront plus rapidement.

Quels sont les moyens de prévention de la dysplasie des hanches ?

Bien qu'il ne soit pas toujours possible de prévenir complètement la dysplasie de la hanche chez les chiens en raison de son lien avec des facteurs génétiques, certaines mesures peuvent être prises pour réduire le risque de développement de cette affection :

- Sélection soigneuse des éleveurs : Lorsque vous envisagez d'adopter un chiot, renseignez-vous sur les antécédents de santé des parents pour identifier toute prédisposition à la dysplasie de la hanche. Choisissez des éleveurs responsables qui effectuent des tests de dépistage pour évaluer la santé des géniteurs.

- Contrôle du poids : Maintenez un poids corporel optimal pour éviter une pression excessive sur les articulations de la hanche. 

- Exercice modéré : Évitez les exercices excessifs ou les activités à impact élevé, en particulier pendant la croissance du chiot. Evitez à votre chiot de monter ou descendre les escaliers par exemple.

- Radiographies de dépistage : En cas de doute ou si le chiot présente un risque, il est possible de réaliser des radiographies, de préférence avant l'âge de 4 mois, afin de détecter un éventuel début de dysplasie et de pratiquer une intervention chirurgicale précoce (symphysiodèse par exemple).

 

La dysplasie des hanches chez les chiens est donc une maladie d'origine génétique, qu'il est important de détecter tôt afin de limiter l'inconfort tout au long de la vie de l'animal.

 

Sources :

- " Veterinary Surgery: Small Animal Expert Consult, 2nd Edition", K. Tobias

- "Évaluations génétiques en élevage canin : étude de la dysplasie de la hanche et des qualités maternelles", C. Forge, Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ffdumas-02967534f

 

Santévet

Leader de l'assurances santé animale

Photos : 123RF