Juliette Garnodier

L'arthrose chez le chien

L'arthrose chez le chien est une affection fréquente et invalidante. Elle se caractérise par une dégénérescence progressive du cartilage articulaire et peut entraîner des douleurs et une gêne fonctionnelle chez les chiens âgés. Il est important de comprendre les causes et les symptômes de l'arthrose chez le chien afin de pouvoir prévenir son apparition, et prendre les mesures nécessaires pour soulager la douleur et le traiter.

Qu'est-ce que l'arthrose chez le chien ?

L’arthrose, aussi appelée ostéoarthrite, est une maladie chronique (c’est-à-dire qui dure dans le temps) et fréquente. Elle touche les articulations du chien (en particulier la hanche, le genou, le coude mais aussi la colonne vertébrale), à l’origine d’une douleur plus ou moins intense et d'une perte de mobilité.

Elle est due à la destruction progressive du cartilage, c’est-à-dire la membrane qui recouvre les os au niveau des articulations et qui permet normalement d’amortir les chocs. L'arthrose affecte les chiens de manière similaire aux humains.

Pour mieux comprendre la pathogénie de l'arthrose, voyons d'abord comment fonctionne une articulation saine. Une articulation est l'endroit où deux os se rejoignent, et permet de les mettre en mouvement. Les articulations sont recouvertes de cartilage, un tissu lisse et élastique qui amortit les chocs et protège les os de l'usure. Le cartilage est entouré d'une capsule articulaire qui contient du liquide synovial, un liquide visqueux qui lubrifie l'articulation et aide à réduire la friction lors des mouvements. Les mouvements dans une articulation sont contrôlés par les muscles, qui sont attachés aux os par les tendons qui l'entourent. Les ligaments sont des bandes de tissu conjonctif solides qui relient les os de l'articulation entre eux pour maintenir sa stabilité.

Les types d'articulations peuvent varier, mais en général, il y a trois types principaux d'articulations:

- Les articulations mobiles, comme celles des genoux, des coudes et des épaules, permettent des mouvements dans plusieurs directions.

- Les articulations semi-mobiles, comme celles de la colonne vertébrale, permettent une certaine quantité de mouvements, mais sont limitées dans leur portée.

- Les articulations fixes, comme celles du crâne, ne permettent aucun mouvement.

Le bon fonctionnement des articulations est essentiel pour la mobilité et l'activité physique. Si les articulations sont endommagées ou usées, cela peut entraîner des douleurs, des raideurs et une perte de mobilité.

Dans une articulation arthrosique, le cartilage qui recouvre les os à l'articulation est usé et endommagé, ce qui peut entraîner une inflammation, une douleur et une raideur dans l'articulation. La capsule articulaire peut également se durcir et se rétrécir, ce qui limite le mouvement de l'articulation. Lorsque le cartilage est usé, les os frottent l'un contre l'autre, ce qui peut causer la formation de petites excroissances osseuses appelées ostéophytes.

Ces ostéophytes peuvent rendre l'articulation plus rigide et douloureuse. La quantité de liquide synovial dans l'articulation peut également diminuer, ce qui peut aggraver les symptômes d'arthrose en augmentant la friction dans l'articulation. Les muscles et les tendons qui entourent l'articulation arthrosique peuvent également s'affaiblir ou se raccourcir en raison d'une utilisation réduite, ce qui peut limiter encore plus la mobilité de l'articulation. C'est donc un phénomène qui s'auto-entretient et qui s'aggrave au cours du temps.

A quel âge les chiens développent-ils de l'arthrose ?

arthrose_chien_age

Les chiens âgés sont les plus atteints, même si le développement de l'arthrose peut commencer à n’importe quel âge. 

L'âge exact auquel les chiens développent de l'arthrose peut varier en fonction de plusieurs facteurs, notamment la race, la taille, le poids, la génétique, le niveau d'activité et les conditions de vie.

En général, on observe souvent des signes d'arthrose chez les chiens plus âgés, généralement à partir de l'âge de 7 ans et au-delà. Cependant, certaines races de chiens de grande taille ont tendance à développer des problèmes articulaires plus précocement, parfois dès l'âge de 5 ans. Les races plus petites et légères peuvent, quant à elles, présenter des signes d'arthrose plus tardivement.

Bien que l'arthrose soit souvent associée au vieillissement, elle peut également toucher des chiens plus jeunes en raison de divers facteurs. 

Quelles races de chiens sont les plus touchées ?

L'incidence de l'arthrose chez les chiens peut varier considérablement d'une race à l'autre en raison de plusieurs facteurs, notamment la génétique, la taille, la conformation corporelle et le niveau d'activité. Certaines races de chiens sont en effet plus prédisposées à développer de l'arthrose que d'autres :

  1. Chiens de grande taille :

    • Les races de grande taille, comme le Labrador Retriever, le Berger Allemand, le Rottweiler, le Dogue Allemand et le Saint-Bernard, sont souvent plus sujettes à l'arthrose. Leur poids plus élevé exerce une pression supplémentaire sur les articulations, ce qui peut contribuer à l'usure prématurée.
  2. Chiens de race géante :

    • Certaines races de chiens géants, comme le Terre-Neuve, le Léonberg, le Bouvier Bernois et le Mastiff, ont une prédisposition génétique à des problèmes articulaires, y compris l'arthrose. Leur taille imposante peut aggraver la charge sur leurs articulations.
  3. Chiens de travail :

    • Les chiens de travail, tels que le Berger Allemand et le Malinois, peuvent être plus exposés à des activités physiques intensives, ce qui augmente le risque de blessures articulaires et, éventuellement, d'arthrose.
  4. Chiens de chasse :

    • Certaines races de chiens de chasse, comme le Pointer, le Setter et le Golden Retriever, peuvent être sujettes à l'arthrose en raison de l'impact répété sur leurs articulations lorsqu'ils courent, sautent et travaillent sur différents terrains.
  5. Chiens de race pure aux membres longs :

    • Les chiens avec des membres longs, tels que le Greyhound, le Whippet et le Borzoi, peuvent présenter un risque accru en raison de la pression exercée sur leurs articulations fines.
  6. Chiens brachycéphales :

    • Certaines races brachycéphales, comme le Bulldog et le Pékinois, peuvent également être touchées. Bien que l'arthrose soit moins fréquente chez ces races en raison de leur taille plus petite, la conformation de leur corps peut contribuer à des problèmes articulaires.

L'arthrose peut également affecter des chiens de petite et moyenne taille. 

Quelles sont les principales causes de l'arthrose ?

L’arthrose chez le chien peut apparaître sans facteurs sous-jacents ou être la conséquence d’une pathologie articulaire.

Les maladies articulaires

La dysplasie du coude ou de la hanche

La dysplasie de la hanche, ou la dysplasie coxo-fémorale est une malformation génétique de la hanche qui peut être détectée chez les chiots et les jeunes chiens et qui peut provoquer des symptômes tels que de la raideur, une boiterie ou une démarche anormale. Le diagnostic est établi par des radiographies sous sédation. Dans les cas graves, une prothèse de hanche peut être nécessaire, mais la plupart du temps, des traitements pour soulager la douleur suffisent. La dysplasie du coude est une malformation similaire qui affecte les membres antérieurs et qui a également une origine génétique. Les éleveurs réalisent souvent des tests de dépistage sur les reproducteurs pour éviter de faire reproduire les animaux à risque et ainsi limiter la transmission de la dysplasie. À savoir : SantéVet est le seul assureur qui prend en charge la dysplasiecoxo-fémorale chez le chien !

La luxation de la rotule

La rotule est un petit os qui se trouve à l’avant du genou. Elle se trouve dans une gouttière, appelée la trochlée, qui lui permet de coulisser de bas en haut le long du fémur, sans s’écarter à gauche et à droite. Elle assure la flexion et l’extension correcte des genoux. Il y a luxation de la rotule lorsqu’elle sort d’un côté ou de l’autre de cette gouttière. Il existe plusieurs origines : traumatisme (rare), manque de profondeur de la trochlée, défaut d’alignement des structures, malformation des os… C'est une affection très fréquente chez les chiens de petite race.

L'ostéochondrose

L'ostéochondrose est une maladie du squelette qui affecte les chiens. Elle se produit lorsque le cartilage qui recouvre la surface de l'os se développe de manière anormale, ce qui peut entraîner des douleurs et une dysfonction articulaire. Les articulations de la hanche, de l'épaule, du coude et du genou sont souvent touchées chez les chiens.

La rupture du ligament croisé

L'arthrose peut également se développer suite à une rupture du ligament croisé : les ligaments croisés permettent de stabiliser le genou. Lorsqu’il y a rupture de ce ligament, cela va causer une boiterie. C’est une affection très fréquentechez le chien qui nécessite la plupart du temps une opération des ligaments.

Les blessures et fractures

Les blessures, fractures et entorses suite à un traumatisme peuvent contribuer au développement de l'arthrose chez les chiens de différentes manières :

  • Dommages au cartilage : Lorsqu'un chien subit une blessure articulaire, telle qu'une fracture ou une entorse, le cartilage qui recouvre normalement les surfaces articulaires peut être endommagé. Etant donné que le cartilage agit comme un amortisseur et contribue au mouvement fluide des articulations, lorsqu'il est fragilisé, cela peut entraîner une usure prématurée et des changements dégénératifs, favorisant ainsi le développement de l'arthrose.

  • Instabilité articulaire : Les fractures peuvent entraîner une instabilité articulaire en modifiant la structure normale de l'articulation, même après cicatrisation. Une fois qu'une articulation est instable, elle peut subir des pressions inégales, provoquant une usure accrue du cartilage et contribuant à l'arthrose.

  • Inflammation chronique : Les blessures articulaires, en particulier les entorses, peuvent déclencher une réponse inflammatoire dans l'articulation. Une inflammation prolongée peut endommager le cartilage au fil du temps, augmentant le risque de développement de l'arthrose.

  • Altération du flux sanguin : Les fractures peuvent perturber le flux sanguin vers l'articulation, entraînant une diminution de l'apport d'oxygène et de nutriments essentiels au cartilage. Un approvisionnement insuffisant peut compromettre la capacité du cartilage à se régénérer, favorisant ainsi les changements dégénératifs associés à l'arthrose.

  • Changements dans la mécanique articulaire : Les blessures peuvent entraîner des changements dans la façon dont l'articulation fonctionne normalement. Ces altérations biomécaniques peuvent entraîner une répartition inégale des forces sur le cartilage, contribuant à son usure progressive et à la formation d'arthrose.

  • Réactions post-traumatiques : Après une blessure articulaire, le corps peut produire des substances chimiques qui favorisent la dégradation du cartilage. Ces réponses post-traumatiques peuvent persister au fil du temps, contribuant ainsi au processus d'arthrose.

Les blessures articulaires chez les chiens peuvent donc déclencher différentes réponses physiologiques qui, lorsqu'elles persistent, favorisent le développement de l'arthrose à long terme. Les chiens ayant subi des traumatismes articulaires ont donc facilement tendance à développer de l'arthrose en vieillissant, et parfois de manière prématurée.

Les infections articulaires

Les infections articulaires, ou arthrites, sont le résultat de l'introduction de bactéries ou de champignons pathogènes dans l'articulation, et peuvent avoir différentes origines :

  • Blessures ou plaies articulaires : Les blessures qui pénètrent dans l'articulation peuvent introduire des bactéries dans l'espace articulaire, provoquant une infection. Cela peut inclure des blessures par morsures d'autres animaux ou des coupures.

  • Chirurgie articulaire : Les interventions chirurgicales articulaires, comme une arthroplastie ou une chirurgie reconstructive, présentent un risque d'introduction d'agents pathogènes dans l'articulation.

  • Fractures articulaires : Les fractures qui impliquent une articulation peuvent augmenter le risque d'infection, en particulier si la plaie est contaminée ou si une intervention chirurgicale est nécessaire.

  • Infections systémiques : Les infections provenant d'autres parties du corps peuvent se propager dans l'articulation par la circulation sanguine. Les bactéries ou les champignons peuvent être transportés depuis d'autres organes infectés.

  • Infections hématogènes : Certaines infections peuvent se propager dans l'articulation à partir d'une source distante par le sang. Cela peut se produire en cas d'infections généralisées ou de septicémie.

  • Morsures d'insectes ou de tiques : Les piqûres d'insectes ou les morsures de tiques peuvent introduire des pathogènes dans l'organisme du chien, et ceux-ci peuvent atteindre les articulations, provoquant une infection.

  • Maladies auto-immunes : Certaines maladies auto-immunes, telles que la polyarthrite rhumatoïde chez les chiens, peuvent augmenter le risque d'infection articulaire en compromettant le système immunitaire.

  • Infections fongiques : Les champignons, tels que Candida ou Aspergillus, peuvent également provoquer des infections articulaires chez les chiens, souvent par le biais de l'inhalation de spores fongiques.

Les arthrites peuvent contribuer au développement de l'arthrose de plusieurs manières. Lorsqu'une infection articulaire survient, elle provoque généralement une inflammation aiguë dans l'articulation. L'inflammation est la réponse du corps à l'infection, mais si elle n'est pas rapidement contrôlée, elle peut endommager les tissus environnants, y compris le cartilage articulaire.

Les bactéries responsables de l'infection peuvent directement attaquer le cartilage, entraînant son érosion. Cette érosion peut entraîner une diminution de l'épaisseur du cartilage, compromettant ainsi sa fonction d'amortisseur et favorisant le contact direct entre les os, ce qui accélère le processus d'arthrose.

L'infection peut conduire à la formation d'adhérences à l'intérieur de l'articulation. Ces adhérences peuvent restreindre la mobilité normale de l'articulation et augmenter les contraintes exercées sur le cartilage, contribuant à son usure.

En réponse à l'infection, le système immunitaire du chien peut libérer des cellules et des substances qui, bien qu'initialement destinées à combattre l'infection, peuvent également causer des dommages aux tissus de l'articulation, y compris le cartilage.

Les facteurs environnementaux

Le surpoids et l'obésité

Le surpoids et l'obésité chez les chiens sont des facteurs majeurs de développement de l'arthrose. L'excès de poids exerce une pression supplémentaire sur les articulations et peut entraîner une variété de changements dégénératifs qui contribuent au développement de l'arthrose par différents mécanismes :

  • Charge excessive sur les articulations : Le poids supplémentaire surcharge les articulations, en particulier celles des membres inférieurs comme les hanches, les genoux et les chevilles. Cette charge excessive contribue à l'usure prématurée du cartilage articulaire.

  • Inflammation : L'obésité est associée à une inflammation systémique, où des substances inflammatoires circulent dans tout le corps. Cette inflammation peut affecter les articulations et contribuer à des processus inflammatoires chroniques, accélérant ainsi le développement de l'arthrose.

  • Production d'adipokines : Les cellules adipeuses produisent des substances appelées adipokines, dont certaines ont des effets pro-inflammatoires. Ces adipokines peuvent avoir un impact négatif sur la santé des articulations en favorisant l'inflammation et la dégradation du cartilage.

  • Résistance à l'insuline : L'obésité est souvent associée à la résistance à l'insuline, une condition où les cellules ne répondent pas correctement à l'insuline. Cela peut entraîner une augmentation des niveaux d'insuline, ce qui peut favoriser la production de cytokines pro-inflammatoires liées à l'arthrose.

  • Déséquilibre hormonal : L'obésité peut perturber l'équilibre hormonal normal. Certains déséquilibres hormonaux peuvent favoriser l'inflammation et la dégradation du cartilage.

  • Altérations biomécaniques : Le surpoids peut entraîner des altérations biomécaniques, modifiant la façon dont les articulations fonctionnent. Ces modifications peuvent entraîner une distribution inégale des forces sur les articulations, contribuant à l'usure du cartilage.

  • Facteurs génétiques : Certains chiens sont génétiquement prédisposés à prendre du poids plus facilement, ce qui peut augmenter leur risque d'obésité. Ces chiens peuvent également avoir une susceptibilité génétique au développement de l'arthrose.

La prévention de l'obésité est très importante pour préserver la santé articulaire des chiens. 

L'activité physique 

Tant l'excès que l'insuffisance d'activité peuvent contribuer au développement de l'arthrose, par des mécanismes différents :

  • Le manque d'activité : Un manque d'exercice physique peut tout d'abord conduire à une prise de poids, augmentant la pression sur les articulations, comme détaillé au paragraphes précédent. Le manque d'activité peut également entraîner une atrophie musculaire, et des muscles affaiblis offrent moins de soutien aux articulations, augmentant la pression sur le cartilage. L'absence de mouvement régulier peut entraîner une diminution de la production de liquide synovial, et une lubrification insuffisante accélère l'usure du cartilage et à une raideur articulaire. Enfin, l'activité physique stimule la circulation sanguine vers les articulations, favorisant l'apport d'oxygène et de nutriments essentiels au cartilage. Le manque d'activité peut réduire cet apport.
  • L'excès d'exercice physique : Bien que l'activité physique soit généralement bénéfique pour la santé des chiens, un excès peut contribuer au développement de l'arthrose. Lorsqu'un chien participe à une activité excessive ou répétitive (sauts, mouvements brusques), cela peut entraîner des microtraumatismes répétitifs au niveau des articulations, pouvant causer une usure prématurée du cartilage, contribuant au développement de l'arthrose. Les chiens en croissance, en particulier les chiots de grandes races, sont plus sensibles aux effets de la surutilisation des articulations en développement. Une activité excessive pendant la croissance peut perturber le développement normal des articulations, augmentant ainsi le risque d'arthrose à l'âge adulte. L'absence de périodes de récupération adéquates entre les activités peut empêcher les articulations de se remettre du stress subi, ce qui peut entraîner une accumulation de lésions articulaires et favoriser le développement de l'arthrose.

Les conditions de repos

De mauvaises conditions de repos peuvent contribuer au développement de l'arthrose chez les chiens en affectant le repos et la récupération nécessaires pour maintenir la santé articulaire. Un chien a besoin d'un endroit approprié pour se reposer, avec une température appropriée afin de minimiser la pression sur ses articulations. Si le chien dort régulièrement sur des surfaces dures, inconfortables ou mal conçues, cela peut entraîner une pression excessive sur les articulations, contribuant à l'usure prématurée du cartilage.

Les facteurs génétiques

Les facteurs génétiques jouent un rôle important dans le développement de l'arthrose chez les chiens :

  • Prédisposition à des anomalies articulaires : Certains chiens peuvent être génétiquement prédisposés à des anomalies articulaires congénitales, telles que la dysplasie de la hanche ou du coude qui favorisent le développement de l'arthrose.

  • Défauts de conformation : Certains chiens peuvent hériter de défauts de conformation anatomique qui entraînent une répartition inégale des charges sur les articulations, comme par exemple, une mauvaise angulation des membres.

  • Facteurs métaboliques génétiquement déterminés : Certains chiens peuvent avoir une prédisposition génétique à des facteurs métaboliques, tels que des niveaux élevés d'enzymes dégradant le cartilage.

  • Prédisposition à des troubles auto-immuns : Certains chiens peuvent être génétiquement prédisposés à des troubles auto-immuns qui peuvent affecter les articulations.

En bref : toute affection qui fragilise les articulations ou les os augmente les risques de développer de l'arthrose par la suite !

Quels sont les symptômes de l'arthrose chez le chien ?

Les symptômes de l'arthrose chez les chiens peuvent varier selon le degré de gravité, les causes de l'affection et lalocalisation des articulations affectées. Certains symptômes permettent de suspecter la maladie :

  • Raideur et difficulté à se déplacer, en particulier après une période de repos prolongée ("à froid") ;
  • Léthargie et perte d'énergie ;
  • Boiterie de l'arrière train, ou d'un ou deux membre, une démarche anormale ;
  • Douleur ou sensibilité lorsqu'on touche l'articulation affectée ;
  • Perte de flexibilité ou de mouvement dans l'articulation affectée : refus de sauter, de faire de l'exercice, de monter les escaliers, de grimper dans le coffre de la voiture, difficultés à se relever d'une position couchée ;
  • Gonflement ou élargissement de l'articulation affectée ;
  • Grincement ou craquement lors de la manipulation de l'articulation ;
  • Changements dans le comportement, comme la perte d'intérêt pour les activités qui impliquent des mouvements ou l'agressivité, des gémissements, des aboiements en raison de la douleur ;
  • Fonte musculaire ;
  • Prise de poids en raison de la baisse d'activité physique ;
  • Dégradation progressive de l'état général.

Certains chiens peuvent ne montrer que des symptômes légers d'arthrose, tandis que d'autres peuvent éprouver des symptômes plus sévères qui affectent considérablement leur qualité de vie. Les symptômes sont souvent très discrets au début, puis s’aggravent avec le temps si aucun traitement n’est mis en place. Beaucoup de chiens ont tendance à présenter des symptômes sous forme de « crises » plus ou moins régulières et espacées.

Généralement, les signes cliniques sont progressifs, et on peut définir différents stades. Lors du premier stade, le chien peut boiter et présenter une démarche raide. Il peut également éviter certains mouvements quotidiens tels que sauter, courir ou se lever. Bien que ces signes soient subtils, ils doivent vous alerter quant à la présence de la maladie. Au deuxième stade, les douleurs s'accentuent et les activités quotidiennes telles que se lever, se coucher, s'asseoir ou marcher deviennent difficiles, voire impossibles pour le chien. L'animal peut pleurer, gémir et limiter ses déplacements, étant plus sensible à la douleur. Il est important de rester vigilant, car l'animal peut devenir agressif. Au troisième stade de l'arthrose, les membres du chien sont bloqués et il ne peut plus bouger. La douleur est souvent insupportable pour l'animal à ce stade : c'est la crise d'arthrose.

Si vous remarquez des signes de douleurs articulaires ou d'inconfort chez votre chien, il est important de consulter un vétérinaire pour déterminer la cause et le traitement approprié.

Diagnostic : comment savoir si mon chien a de l'arthrose ? Quels sont les signes d'une crise d'arthrose ?

Le diagnostic de l'arthrose chez un chien commence généralement par un examen clinique complet effectué par un vétérinaire. Il réalisera un examen orthopédique et évaluera les mouvements et la flexibilité de toutes les articulations. Il vous posera également différentes questions sur les antécédents de l'animal, les symptômes, leur date et contexte d'apparition, la durée d'évolution...

Si l'arthrose est suspectée, le vétérinaire peut recommander des examens d'imagerie pour confirmer le diagnostic. Les examens d'imagerie couramment utilisés pour diagnostiquer l'arthrose chez les chiens comprennent :

- La radiographie : cela permettra de visualier l'état des os et des articulations et de rechercher des signes de dommages et de changements arthrosiques (par exemple, la présence d'ostéophytes) ;

- L'arthroscopie : plus invasive, cette technique implique l'utilisation d'un endoscope pour examiner directement l'articulation et évaluer les dommages causés par l'arthrose.

- La tomodensitométrie (scanner) ou l'imagerie par résonance magnétique (IRM) : ces techniques d'imagerie plus avancées peuvent fournir des images plus détaillées de l'articulation et permettre une évaluation plus précise des dommages causés par l'arthrose.

En plus des examens d'imagerie, le vétérinaire peut également effectuer des analyses de sang et d'urine pour évaluer la santé générale du chien et s'assurer qu'il n'y a pas d'autres problèmes de santé qui pourraient contribuer aux symptômes d'arthrose.

Le diagnostic de l'arthrose chez un chien repose donc sur une combinaison d'examen clinique, d'examens d'imagerie et d'analyses de laboratoire pour évaluer la santé générale de l'animal. Une fois le diagnostic établi, le vétérinaire peut recommander un traitement approprié pour soulager les symptômes et améliorer la qualité de vie de votre chien.

Traitement : comment soigner et soulager la douleur liée à l'arthrose chez le chien ? 

traitement_arthrose_chien

L’arthrose est une maladie qui ne peut pas être soignée : il n'existe pas de traitement curatif. Cependant, différents protocoles thérapeutiques permettent de ralentir sa progression, et de soulager la douleur afin que le chien puisse retrouver un bon confort de vie.

Médicaments, anti-inflammatoires, injections

- Traitement médical : beaucoup de chiens ont tendance à faire des « crises » d’arthrose plus ou moins régulières et espacées. Lorsque c’est le cas, consultez votre vétérinaire. Généralement, un traitement antidouleur et/ou anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), sous forme de sirop ou de comprimés administrés par voie orale, est mis en place jusqu’à ce que les symptômes soient contrôlés. Le traitement est alors arrêté jusqu’à la prochaine crise. Certains chiens nécessitent néanmoins un traitement anti-inflammatoire à vie, mais des effets secondaires sont fréquents : augmentation de la prise de boisson et de l'envie d'uriner notamment. Les anti-inflammatoires ont également des conséquences néfastes pour certains organes, notamment le foie et les reins, d'où l'intérêt de les utiliser de manière raisonnée. 

- Injections d'anticorps : ces médicaments, à base d'anticorps monoclonaux anti-NGF, permettent de lutter contre la douleur liée à l'arthrose. Les injections sont à renouveler tous les mois.

Croquettes et compléments alimentaires

- Régime alimentaire : une perte de poids est à prévoir avec les conseils de votre vétérinaire, ce qui permettra de soulager les articulations et par conséquence d'améliorer la mobilité et de réduire la douleur.

- Alimentation : Des aliments spécialement formulés pour les chiens souffrant d'arthrose peuvent aider à réduire l'inflammation et à maintenir une bonne santé des articulations ainsi qu'une masse musculaire suffisante.

- Compléments alimentaires : des suppléments à base acides gras oméga-3, de la glucosamine et de la chondroïtine peuvent ralentir la progression de l'arthrose.

- Activité physique : Des exercices adaptés aux besoins et aux capacités de l'animal peuvent aider à maintenir la flexibilité des articulations, à renforcer les muscles et à améliorer la mobilité.

Traitement chirurgical

Lorsque l’arthrose est secondaire à une dysplasie, ou à toute autre affection osseuse pouvant être traitée chirurgicalement, une intervention peut être recommandée par votre vétérinaire.

Comment soigner l'arthrose naturellement chez le chien ?

Plusieurs approches naturelles peuvent aider à soulager les symptômes et à améliorer la qualité de vie de l'animal, mais elles doivent bien souvent être combinées avec d'autres traitements afin d'être effiaces :

  • Phytothérapie : Utiliser des herbes comme la boswellia, le curcuma et le gingembre pour leurs propriétés anti-inflammatoires.

  • CBD : Le CBD est utilisé chez les chiens pour potentiellement atténuer les symptômes de l'arthrose. Avec des propriétés anti-inflammatoires et analgésiques, il peut soulager la douleur, réduire l'inflammation, moduler le système immunitaire et améliorer le bien-être. Il est recommandé de consulter un vétérinaire pour une utilisation appropriée.
  • Thérapie physique : La physiothérapie, la massothérapie, l'hydrothérapie, et l'acupuncture peuvent aider à soulager la douleur et à améliorer la mobilité. 
  • Soins de confort : pour son bien-être et pour limiter la douleur, le chien doit dormir sur un couchage adapté : unne surface souple et rembourrée.

Quel est le pronostic à long terme ?

douleurs_arthrose_chien

Le pronostic à long terme de l'arthrose chez le chien dépend de nombreux facteurs, notamment la gravité de la maladie, le stade lorsqu'elle est diagnostiquée, la réponse du chien au traitement et le bien-être général de l'animal.

L'arthrose est une maladie chronique et progressive, ce qui signifie qu'elle ne peut pas être guérie, mais qu'elle peut être contrôlée et gérée avec un traitement approprié. Les chiens atteints d'arthrose peuvent bénéficier d'une combinaison de mesures de traitement. Il permet de réduire la douleur, améliorer la mobilité, diminuer la fréquence des crises d'arthrose, et ralentir la progression de la maladie.

Le pronostic à long terme peut également être influencé par la présence de maladies ou de troubles sous-jacents, tels que l'obésité, le diabète ou l'hypothyroïdie, qui peuvent affecter la santé globale du chien, notamment car ces pathologies interfèrent avec l'utilisation des anti-inflammatoires.

En fin de compte, le pronostic à long terme dépendra de chaque cas et de la réponse au traitement. Avec des soins appropriés, de nombreux chiens atteints d'arthrose peuvent continuer à vivre une vie heureuse et confortable.

Quel suivi pour un chien arthrosique ?

Lorsque des symptômes évocateurs d'une douleur apparaissent chez un chien arthrosique, il est nécessaire d’en informer votre vétérinaire et de mettre en place un traitement adéquat rapidement. Des consultations vétérinaires régulières seront donc à envisager pour un chien souffrant d’arthrose.

De plus, lors d’utilisation prolongée de certains médicaments (comme les anti-inflammatoires), des analyses de sang régulières sont nécessaires pour vérifier l’état du foie et des reins et s’assurer que la prise de ce traitement est sans risque et éventuellement adapter les doses.

Comment prévenir et éviter l'arthrose chez le chien ?

arthrose_et_alimentation

Le principal moyen de prévenir l'arthrose chez le chien est de limiter le surpoids. En effet, les chiens obèses sont plus sujets à cette pathologie en raison du stress supplémentaire que leur poids ajoute aux articulations. 

L'obésité peut limiter l'activité physique et l'exercice, qui sont importants pour maintenir la flexibilité des articulations et renforcer les muscles qui soutiennent les articulations, ce qui peut contribuer à la progression de l'arthrose. Les chiens obèses peuvent également avoir une alimentation moins équilibrée et ne pas recevoir les nutriments nécessaires pour maintenir la santé des articulations. Le surpoids doit être pris en charge rapidement, dès son installation.

Il est donc important de maintenir un poids normal chez les chiens pour réduire le risque de développer de l'arthrose et pour améliorer la qualité de vie de l'animal. Une alimentation de haute qualité est également un moyen de maintenir des articulations en bonne santé. Lorsqu'un chien vieillit, une alimentation spéciale pour "animal senior" est recommandée pour préserver la santé articulaire. 

L'activité physique doit être régulière mais pas trop intense, et adaptée à l'âge et à l'état de santé de l'anilmal. Évitez les activités excessives, surtout chez les chiots en croissance, pour prévenir les blessures articulaires.

Concernant l'environnement du chien, assurez-vous qu'il soit sûr, évitant les obstacles et les surfaces glissantes qui pourraient entraîner des chutes. Votre chien doit disposer d'un lieu de couchage confortable afin de minimiser la pression sur les articulations pendant son repos.

Concernant les facteurs génétiques ou l'usure normale des articulations liées à l'âge, il n'existe pas de moyen de prévention.

L'arthrose est une maladie fréquente chez les chiens âgés qui peut causer de la douleur, de l'inconfort et une diminution de la qualité de vie. Les chiens arthrosiques n'ont pas une espérance de vie diminuée, et leur bien-être peut être maintenu grâce à une thérapie adaptée.

Sources : « Guide thérapeutique et clinique vétérinaire : animaux de compagnie 5ème édition », les Éditions du Point Vétérinaire, 2017. Thèse : "La douleur arthrosique chronique chez le chien", C. DOR, 2013. La Semaine Vétérinaire n° 1896 "Librela contre la douleur arthrosique".

Santévet

Leader de l'assurance santé animale

Crédit photos : 123RF