Claude Pacheteau

Quelles actions pour la place de l’animal en ville ?

Il n’est pas toujours facile de vivre avec un chien en ville. Depuis de nombreuses années, des projets visant à améliorer la place de l’animal dans le tissu urbain se multiplient. C'est le cas dernièrement de Bourg-lès-Valence (Drôme) où différentes actions portant leur fruits ont été menées pour améliorer le quotidien des chiens et leurs maîtres mais aussi, entre autres, pour trouver des solutions au problème des chats errants.,

Pour un meilleure intégration de l’animal en ville

Plus de trois Français sur quatre vivent en ville. Et parmi ceux-ci nombreux sont ceux qui ont un animal de compagnie. Mais il n’est pas toujours facile d’avoir un chien ou un chat en ville. Que l'on vive avec un petit chien comme un chihuahua par exemple ou un grand chien comme un dogue allemand

Depuis plusieurs années, des municipalités mettent en place des projets, des campagnes, organisent des événements, etc. afin non seulement de responsabiliser les propriétaires, mais aussi de faire en sorte que les villes offrent les infrastructures facilitant la possession d’un animal en tissu urbain. Manque d’espaces accessibles aux chiens, problème des déjections canine et incivilité de certains maîtres, surpopulation féline et chats errants… autant de sujets senibles

600 m2 d’espace de liberté pour les chiens inauguré dans la Drôme 

Parmi les derniers exemples de projet mis en place en faveur de la place de l’animal en ville, celui de Bourg-lès-Valence, une commune de la Drôme comptant quelque 20 000 habitants.

Le lundi 12 septembre, Marlène Mourier, Maire de Bourg-lès-Valence, a inauguré un Caniparc situé quai Thannaron, en présence d’Audrey Renaud, Adjointe au Maire déléguée à l’animal en ville.

L’animal en ville fait ainsi l’objet d’une délégation à part entière, dont la charge a été confiée à une Adjointe spécialiste du sujet puisqu’Audrey Renaud dispose en effet d’une formation de comportementaliste canin et félin.

Cet espace de 600 m2 dédié aux propriétaires de chiens afin qu’ils puissent les libérer de leur laisse sans importuner les autres promeneurs marque l’aboutissement d’un projet né il y a plusieurs mois suite à de nombreuses demandes d’habitants désireux de bénéficier d’un tel lieu.

Un Caniparc plébiscité par les propriétaires de chiens

D’abord installé à titre expérimental, le dispositif, rapidement plébiscité par les utilisateurs, a été pérennisé par l’installation d’une clôture qui empêche la fugue des animaux et préserve la sécurité des usagers du quai.

Ce projet s’inscrit dans la démarche ambitieuse engagée par la municipalité sur la place de l’animal en ville. Qu’il s’agisse de leur bien-être, mais également des nuisances qu’ils peuvent engendrer, les animaux de compagnie constituent un enjeu public à part entière

Des cours d’éducation canine gratuits

D’autres projets, notamment des cours gratuits d’éducation canine ou encore une offre d’achat groupé pour des assurances santé destinées aux animaux de compagnie sont actuellement à l’étude et devraient voir le jour prochainement.

Tous ces services sont proposés gratuitement aux Bourcaines et aux Bourcains, ainsi appelle-t-on les habitants de  Bourg-lès-Valence grâce à de nombreux partenaires qui soutiennent financièrement la municipalité ou s’engagent bénévolement à ses côtés à l’image du magasin Kalao, de la Fourrière animale de Valence, du réseau de vétérinaires bénévoles et de plusieurs associations telles que la Fondation One Voice, la Fondation 30 millions d’amis, la Fondation Brigitte Bardot ou encore l’association Les Petites Pattes d’Agnès Feraud.

Venir en aide aux animaux se retrouvant subitement isolés

Dernièrement, une nouvelle opération novatrice dans le département a été lancée avec le dispositif « Urgence pour mon animal de compagnie », qui vise à faciliter la prise en charge des animaux de compagnie en cas de départ soudain de son domicile. Par exemple en cas d’hospitalisation. La Société Protectrice des Animaux de Lyon et du Sud-Est a elle aussi mis en place un kit de prévention afin de faciliter la prise en charge des animaux en cas de « coup dur » touchant leurs maîtres.

Concrètement, cette action vise à désigner aux services de secours une personne de confiance à contacter qui pourra intervenir au domicile durant l’absence de son occupant pour prendre soin de ses animaux, grâce à un autocollant à apposer sur sa porte et à une carte mentionnant les coordonnées du référent.

Des opérations de médiation sont par ailleurs menées régulièrement avec la police municipale afin d’apaiser les conflits de voisinage générés par certains animaux de compagnie. 

Trouver des solutions au problème des chats errants

Autre sujet qui pose problème dans les villes mais aussi en campagne : celui des chats errants.

Outre l’installation du Caniparc, plusieurs actions concrètes ont également vu le jour à Bourg-lès-Valence. Un abri pour chats errants, baptisé « Chatipi », dispositif unique dans la Drôme, a été ouvert en octobre dernier en partenariat avec la Fondation One Voice, afin de limiter leur prolifération.

Plusieurs campagnes de stérilisation et d’identification ont ainsi été menées en direction des chats des rues pour lesquels aucun propriétaire n’a été retrouvé.

A noter que dans le cadre de la loi sur la maltraitance animale adoptée en janvier 2021, une expérimentation de cinq ans, à l’échelle des collectivités territoriales, doit être mise en place sur la question des chats errants et de l’obligation faite aux maires d’organiser la stérilisation des chats sauvages sur leur commune.

 

Santévet

Le leader de l'assurance santé animale

Photos : 123RF – Photo de groupe : DR