layout/navbar/fr_FR/fr_FR/editoArticle/

L'actu des animaux

Trucs & astuces

Chat d’intérieur ou "d’extérieur" : quelles différences ?

Chat d’intérieur ou "d’extérieur" : quelles différences ?

Article publié le : 25/11/2020

Vous souhaitez acquérir un chat chez un éleveur ou auprès d’un particulier, en adopter un dans un refuge. Chat dit d’intérieur ou chat ayant accès à l’extérieur : quelles sont les différences, lequel choisir ? Entre les deux votre cœur balance. Voici quelques conseils pour vous aider dans votre décision.

#1 – Il faut prendre en compte votre propre mode de vie

Si vous vivez en maison, que ce soit à la ville ou à la campagne et que vous disposez donc d’un extérieur il faut se rendre à l’évidence : il ne va pas être facile de garder votre chat enfermé en permanence. Ou bien alors cela imposerait toute une organisation de circulation pour les ouvertures de portes et de fenêtres ! Vous verrez qu’au bout d’un moment, votre matou aura vite faite de… vous filer entre les jambes.

Si vous vivez en appartement, le mode de vie est un peu différent. Quoique si vous disposez d’un balcon ou d’une terrasse, votre chat aura certainement envie de s’y rendre. Et d’une manière générale, toutes les ouvertures, et donc les fenêtres, sont des lieux que la plupart des chats apprécient. En hauteur, cela constitue des points d’observation incomparables pour eux !

#2 – Maison ou appartement, l’essentiel est de protéger votre chat des risques de chute

L’essentiel sera donc de sécuriser au maximum les endroits donnant accès à l’extérieur. Autant le dire de suite, un chat n’est pas un chien. Et même certains jardins bien clos n’empêchent pas les chats de grimper et de sauter. Ou alors il faut ériger des remparts !

Ce sont les points en hauteur qu’il convient dans tous les cas de sécuriser afin d’éviter les risques de chutes, car un chat ne retombe pas toujours sur ses pattes, contrairement à une idée reçue.

Vous pouvez assez facilement avec un grillage fin protéger les endroits que vous souhaitez pouvoir ouvrir sans craindre que votre chat ne tombe.

Méfiez-vous également des fenêtres oscillo-battantes. De nombreux accidents sont à déplorer avec ce type de fermeture du fait que le chat peut s’y retrouver coincé. Il existe des systèmes vendus dans le commerce et sur Internet spécialement destinés à sécuriser ce type de fermeture.

A noter enfin, qu’un chat peut tout à fait chuter d’un meuble où il s’est perché et se blesser. Y compris les chats d’intérieur. 

#3 – Est-ce qu’un chat d’intérieur vit plus longtemps qu’un autre ?

Il n’existe pas de statistiques, mais il est certain que du fait que les chats d’intérieur sont moins exposés que leurs congénères pouvant divaguer dehors, ils peuvent vivent plus longtemps.

Les chats d’intérieur ont moins de risques de se bagarrer, d’être intoxiqués, de contracter une maladie… Quant à la fugue et au risque de perdre son chat, il est plus élevé chez ceux ayant accès à l’extérieur. Mais il existe aussi des chats d’intérieur parvenant à trouver le moyen de s’échapper. On ne parle pas de… chat de gouttière pour rien ! Au-delà du type de chat que cela désigne, ce terme reflète bien la faculté des chats à grimper dans divers endroits, même les plus improbables ou encore que l’on croirait inaccessibles.

Il y a la notion de race et de type de chats à prendre en compte. L’espérance de vie varie d’une à l’autre.

Enfin, un chat vivant en intérieur peut également souffrir d’une maladie touchant n’importe quel chat, qu’il soit d’intérieur ou d’extérieur : diabète, insuffisance rénale, maladies de l’appareil urinaire… Des pathologies qui a la différence des maladies virales, bactériennes, des problèmes de santé faisant suite à une chute, une bagarre, ne sont pas réservées aux chats ayant accès à l’extérieur.

Enfin, quel que soit son mode de vie, votre chat doit être identifié. Cela est une obligation, même si l’on peut déplorer que tous ne le sont pas.

Faire stériliser sa chatte ou castrer son mâle est aussi une très bonne décision. Cela évite les portées non désirées pour les chats ayant accès à l’extérieur, donc lutter contre les chats errants, les abandons… mais prévient aussi les bagarres, les marquages urinaires chez le mâle, certaines maladies, comme les tumeurs mammaires chez les femelles. Cela est valable pour les chats d’intérieur et trouve tout son intérêt. Un chat ou une chatte n’a absolument pas besoin d’avoir des petits au moins une fois dans sa vie

#4 – Vaccins, vermifuges… Un chat d’intérieur doit être protégé lui aussi

De toute évidence, un chat d’intérieur doit être protégé de la même manière qu’un autre. Son endroit de vie n’est pas un cocon dans lequel rien ne peut lui arriver. Le faire vacciner selon les recommandations de votre vétérinaire est indispensable. 

Vous ramenez sous vos chaussures, voire sur vos vêtements des virus et bactéries qui peuvent être dangereuses. De même, ce n’est pas parce qu’il vit à l’intérieur qu’il est à l’abri des parasites externes. L’idée selon laquelle s’il a des puces, c’est qu’il les a attrapées chez le vétérinaire lors d’une visite est… non fondée. C’est pourtant ce que de nombreux propriétaires de chats affirment lorsque le vétérinaire leur fait remarquer que leur chat a des puces !

Le chat d’intérieur doit être traités contre les parasites externes (puces, tiques…). Le chat d’intérieur doit lui aussi être vermifugé régulièrement toujours selon les conseils de votre vétérinaire afin d’être protégé contre les parasites internes. Des vers qui peuvent être dangereux pour sa santé et pour celle des membres du foyer.

Attention en ce qui concerne les traitements contre les parasites externes : si votre chat vit avec un chien, chacun a un traitement bien à lui. Il ne faut pas traiter un chat avec un antiparasitaire pour chien. C’est pour cela qu’il est important d’acheter vos traitement chez le vétérinaire. 

#5 – Que faut-il pour que mon chat d’intérieur soit heureux ?

Le chat est un chasseur. Mais il aura certainement moins de chance de courser des souris s’il vit en intérieur. Du moins on vous le souhaite ! Il faut donc lui permettre d’exprimer ses talents de chasseur et lui permettre aussi de jouer. Cela est bon pour son moral mais aussi pour sa santé, car ce qui guette un chat sédentaire est le surpoids. Un chat trop gros, un chat obèse, en surpoids risque de développer des maladies. 

Pour amuser un chat, ce n’est pas cela qui manque. Dans le commerce tout d’abord. En magasins ou sur les sites de vente en ligne spécialisés, vous trouverez une multitude d’accessoires : balles (certaines peuvent être remplies de nourriture et/ou d’herbe à chat), souris qui « couinent » ou se déplacent, etc.

Pour ce qui est des lasers, attention à leur utilisation : ne pointez pas le faisceau lumineux en direction des yeux de votre chat. Et jouez avec modération. Car certes cela l’amuse, mais au final peut le frustrer du fait qu’il n’attrape pas cette « chose » qui coure partout !

Ensuite, un arbre à chat pourra selon la place dont vous disposez être installé pour son plus grand plaisir. Votre chat pourra y faire ses griffes (un autre griffoir pourra être mis à disposition dans la maison), sauter, jouer avec une balle qui y est suspendu, se réfugier dans la cachette… Et pas de panique, on en trouve maintenant de très design ! Les maîtres les plus bricoleurs pourront même le fabriquer eux-mêmes. Un arbre à chat si votre matou a accès à l’extérieur n’est pas inutile. Un chat qui aime son intérieur y revient toujours. Même si cela désespère parfois des maîtres de devoir le soir appeler leur chat qui ne rentre pas… et les fait ainsi veiller !

Multiplier les points d’eau (certains adorent boire au robinets !) et les gamelles de nourriture s’il est en libre-service. Jouez à cache-cache avec lui. Rares sont les chats qui n’aiment pas ça ! Accordez chaque jour du moment pour jouer avec votre chat. En appartement, un chat peut tout à fait être heureux. Notez qu’il n’aime pas toujours les changements : nouveaux meubles, changements de leur disposition, déménagement… cela peut entraîner du stress chez certains. On peut dans ce cas avoir recours à des phéromones naturelles que vous trouverez chez votre vétérinaire, sans prescription, sous forme de diffuseur notamment. Les phéromones naturelles peuvent aussi être utilisées contre les griffades du chat et autres troubles du comportement.

L’achat de ces produits entre dans le cadre de ceux que l’on peut financer avec le forfait prévention contenu dans toutes les formules d’assurance pour chat (voir encadré) proposées par SantéVet.

#6 – A l’intérieur, prenez soin de sa litière

Les chats ayant accès à l’extérieur font parfois leurs besoins dans le jardin ou celui… du voisin ! Ils font preuve parfois de grands talents de jardiniers et grattent les plates-bandes ! Il peut aussi arriver que les chats d’intérieur prennent plaisir à gratter la terre de vos pots de fleurs !

Quoiqu’il en soit, maintenez sa litière propre. Vous pouvez une fois vidée la laver à l’eau de Javel, mais rincez-la bien avant de la garnir de nouveau.

S’il y a plusieurs chats à la maison, prévoyez une litière par animal. Enfin, placez la litière éloignée de là où il mange, dans un endroit calme.

 

Assurer son chat, même s’il est d’intérieur

Une assurance pour chat vous permettra d’être remboursé jusqu’à 100% des frais vétérinaires en cas d’accident et/ou de maladie. Tout au long de la vie de votre compagnon. Vous pourrez ainsi gérer sereinement le budget santé de votre chat et lui offrir les meilleurs soins possibles.

 

SantéVet, spécialiste de l’assurance santé animale propose un forfait prévention dans toutes ses formules.  

Renouvelable chaque année, il vous permet de financer l’achat des produits de soin et d’entretien et certains actes, comme la stérilisation.

SantéVet propose par ailleurs une assurance santé animale réservée aux chats vivants en appartement : Cat Indoor.

Demandez un devis est gratuit et ne vous engage en rien. 95 % des clients de SantéVet se déclarent satisfaits et 94 % des vétérinaires font confiance à SantéVet.

 

A lire également

 

Les maladies spécifiques du chat 

Stérilisation/identification du chat: ce qu’il faut savoir 

Comportements indésirables chez le chat : que faire ?

 

SantéVet

Ensemble, prenons soin de votre animal

Photos : 123rf / C. P. 

Vermifuge Griffe Vaccination Marquage urinaire

A propos de l'auteur

Claude Pacheteau
Claude Pacheteau > Voir sa fiche
Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure