layout/navbar/fr_FR/fr_FR/editoArticle/

L'actu des animaux

Actualité

Un chat de gouttière ? Non, un chat européen !

Un chat de gouttière ? Non, un chat européen !

Article publié le : 24/02/2021

Ce chat est un chat de gouttière ! Pas si sûr. C’est peut-être un chat européen. Un European Shorthair, puisque tel a été rebaptisé en 2007 ce chat qui justement ressemble beaucoup au chat de gouttière, mais… qui n’en est pas un. Le chat européen est un chat de pure race, avec son propre standard, dont l’originalité réside dans le fait qu’il ne doit pas ressembler à aucun autre. Pari gagné, ce qui lui vaut toutefois d’avoir du mal à se faire la place qu’il mérite dans la cour des grands. Mais au fil du temps, il a tout de même conquis le cœur des Français qui tous le connaissent et l’apprécient.

 

Le chat européen encore appelé European Shorthair est l’une des plus anciennes races de chat. Il descend directement du commun domestique. C’est pour cela qu’il est confondu avec un chat qui n’est pas de pure race.

Une race à l’évolution naturelle

C’est tout naturellement que la race a évolué, sans que l’on ne s’occupe vraiment d’elle. Jusqu’au jour où la félinophilie s’est intéressée à ce chat et à son élevage avec la mise en place d’un travail de sélection reposant sur les critères bien précis définis par son standard.

Le chat européen a peu à peu gagné ses lettres de noblesse et a rejoint finalement la cour des grands. En 1983, la race est reconnue. Le chat européen est donc bel et bien un chat de race à part entière.

Le chat européen ne doit ressembler à aucun autre !

Certains diront que le chat européen a moins de panache, de style qu’un chat à poil long par exemple ou que tel ou tel autre chat de race. Mais ce qui le distingue est justement qu’il ne ressemble à aucun autre.

Les choses ne sont pas gagnées pour autant, car nombreux sont ceux qui le confondent encore avec un chat de gouttière.

Et pour ceux qui en douteraient encore, il n’y a qu’à consulter son standard de race. La description est très claire : « L’élevage de l’Européen est basé sur le fait qu’il s’agit d’un chat qui n’est pas différent, du point de vue anatomique, du chat commun domestique à poil court. Il ne doit ressembler à aucune autre race existante. » Dans le cas contraire, cela pourrait être éliminatoire dans le cadre d’un concours en exposition féline de beauté.

Un chat facile à vivre

Le chat européen est un chat de bonne composition. Il est facile à vivre et s’adapte à toutes sortes d’endroits dès lors que l’on respecte sa nature.

L’European Shorthair se montre sociable et peut facilement cohabiter avec d’autres chats ou d’autres chiens dès lors que ces derniers ne viennent pas « l’embêter » ou le « chercher ». Mais gare à ceux qui oseraient venir poser la patte sur son territoire.

Le chat européen est parfois quelque peu indépendant. Cela est inscrit dans ses gènes. Mais il est très proche de ses maîtres. Joueur, il appréciera une vie au jardin. S’il en dispose, il risque même de vous prouver ses talents de chasseur ! Il est très agile.

En appartement, il trouvera tout aussi bien sa place. Il faudra alors lui permettre de satisfaire son besoin de se dépenser.

C’est un rustique qui ne présente pas de problème de santé particulier. Il faudra bien entendu veiller à le protéger des parasites internes (vers) et externes (puces, tiques…), à le vermifuger régulièrement selon son mode de vie et les recommandations de votre vétérinaire, et tenir à jour les vaccins le protégeant de maladies. Et cela qu’il ait accès à l’extérieur ou non.

 

Le saviez-vous ?

L’Européen compte parmi les chats préférés des Français avec près de 86 % des chats identifiés, qu’ils soient de race ou d’apparence raciale, vivant dans les foyers français*.

Même s’il ne caracole pas en tête en termes du nombre d’inscriptions au LOOF (Livre Officiel des Origines Félines), le chat européen est apprécié de par son look passe-partout – il ne manque tout de même pas de grâce ! -, sa rusticité et son entretien facile compte tenu de la nature de son poil.

*Source : I-CAD.

 

Pour en savoir encore plus sur le chat européen, consultez notre fiche de race détaillée

 

A retenir

L’identification de votre chat est obligatoire… sous peine d’amende

L’identification des chats de plus de 7 mois nés après le 1er janvier 2012 était déjà obligatoire en cas de cession, qu’elle soit gratuite ou payante.

En décembre 2020, un décret est venu renforcé le dispositif législatif. Ainsi, depuis le 1er janvier 2021 le propriétaire d’un chat non identifié né après le 1er janvier 2012 est passible d’une amende de 750 €.

L’identification est à la charge du cédant. Tout maître doit donc se rapprocher de son vétérinaire afin de faire identifier son (ses) chat(s) en cas de cession ou bien même s’il décide de garder chez lui une portée.

L’identification est le meilleur moyen de retrouver son chat en cas de fugue. Mais cette généralisation de l’identification des chats a également pour but de lutter contre les abandons.

Selon l’I-Cad, qui gère le Fichier National d’Identification des Carnivores Domestiques en France, alors que l’identification des chiens et des chats est obligatoire, on estime à moins de 45 % la part des chats identifiés sur la population totale.

Les Français vouent un véritable engouement pour les chats et les statistiques le prouvent :  en 10 ans, la population féline a bondi de près de 4 millions, passant de 10,7 millions en 2008 à 14,2 millions en 2018*.

*Source : Facco (Fédération des Fabricants d’Aliments pour Chiens, Chats, Oiseaux et autres animaux familiers).

 

SantéVet

Ensemble, prenons soin de votre animal

Photos : Shuttersock / SantéVet-CP

Vermifuge Puce Tique Vaccination Vers du chat Identification Race de chat
Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure