Claude Pacheteau

Un centre d’aqua-training pour chiens en région parisienne

Carole Lefebvre est une passionnée d’animaux. Après avoir notamment exercé en tant qu’ASV (auxiliaire spécialisée vétérinaire), elle a créé un centre d'aqua-training pour chiens, au sud de Rambouillet, dans les Yvelines (78). Détente du chien, entretien de la forme, récupération sportive, soulagements des douleurs, massages y sont notamment proposés. Il n’est pas question ici de parler de soins, mais de bien-être. Ce projet, elle l’a construit en se rapprochant des vétérinaires afin de s’assurer de la légitimité de sa démarche. Des professionnels de la santé animale ont été séduits par son concept et la soutiennent dores et déjà.

Carole Lefebvre a toujours travaillé auprès des animaux. Il y a eu, au départ, les chevaux, l'élevage, et les sports et tourisme équestres. « En 1996, j'ai revu mon parcours et j'ai suivi des stages chez les vétérinaires pour petits animaux », explique-t-elle.

« Et là, je suis tombée dedans ! L'aspect scientifique et médical m'a plu. L'association de la présence d'animaux à ce nouveau domaine médical m'a passionnée. Apporter soutien et bien être aux animaux en consultation lors de soins douloureux ou à ceux hospitalisés, les soigner au chenil ou m'occuper de leur présence me correspondait tout à fait. Accueillir, écouter les propriétaires, les rassurer était également un aspect me convenant bien. »

Carole avoue que l’idée du projet d'ouvrir un centre d'aqua-training devait déjà être en elle à cette époque, « le besoin s'est souvent fait ressentir par les propriétaires soucieux du bien être de leur compagnon ». Il s’en suit alors un parcours avec notamment une période professionnelle qu’elle juge « marquante » en travaillant à Maisons-Alfort, à Juvisy-sur-Orge pour enfin arriver au CFA du CEZ de Rambouillet (Centre de formation des apprentis) en 2005.

Après un passage par un laboratoire vétérinaire en tant que déléguée puis une société d’incinération animalière où elle accompagnait les maîtres endeuillés, Carole voit à la télévision un reportage sur un hôtel pour chiens en Espagne : « Les gens emmenaient leur chien à la piscine. Le déclic venait de se produire. Mes idées refaisaient surface et concordaient entre elles... c'était le début de mon parcours d'entrepreneur ! » 

Un projet qui débute par les cliniques et l’Ordre vétérinaire 

Le projet a démarré par les cliniques : « Mon étude de marché les intégrait dès le départ, car je voulais connaitre leur avis, voir si cette idée plaisait ou non. Vu l'adhésion de la plus grande partie d'entre eux, je me suis rapprochée d'une clinique de Rambouillet. Le vétérinaire en question qui a tout de suite adhéré à mon idée m'a permis de peaufiner mon projet et à le rendre réalisable. J'ai réajusté le tir grâce à ses conseils et à tous ceux des autres vétérinaires. Nous avons conclus de nombreux RDV pour assurer un suivi optimal de mes démarches. »

Car carole a la tête sur les épaules. Et pour elle, il était hors de question de pratiquer le mélange des genres. D’ailleurs, pour aller au bout des choses et être certaine de sa légitimité d'exercice, elle n’a pas hésité à se rendre à l'Ordre des vétérinaires pour vérifier la possibilité de créer un tel centre et d'exercer l'aqua-training et les massages. « Le docteur vétérinaire qui m'a reçue ce jour a trouvé ma démarche très saine et m'a donné les principes d'expression et de pratique pour ne pas confondre mes activités avec celles des vétérinaires, pour que ce soit clair dans les esprits des gens », se souvient-elle.

Carole sait très bien que plusieurs termes lui sont interdits, « comme : soins, médical, thérapeutique, hydrothérapie, rééducation fonctionnelle. Je les ai barrés de mon vocabulaire. Je dois axer mes démarches vers le bien-être, le sport et la forme ».

Mais ce respect des prérogatives et des possibilités d’exercice de chacun a été payant. « Depuis la création, j'ai sollicité les 3 cliniques vétérinaires les plus proches du centre Aquagility afin de les associer à ma publicité, sur mes flyers. J'ai obtenu les 3 logos », se réjouit-elle.

« Je respecte la profession vétérinaire et m’applique dans ce que je fais. »

« Dernièrement, j'ai organisé mon inauguration et les vétérinaires étaient conviés. Leur retour était très positif et beaucoup de clients viennent grâce à leurs conseils. Un autre vétérinaire n'ayant pas pu se déplacer le jour de l'inauguration est passé un soir. Nous avons discuté et il m'a dit que lorsqu'il présente le centre Aquagility à ses clients, ils prennent l’annonce très au sérieux et considèrent l'utilité d'un tel centre pour leur compagnon. Afin de me préserver des désagréments de santé liés à l'activité que je propose, je soumets un certificat médical aux clients qui prennent des forfaits de plusieurs séances, ainsi les vétérinaires m'assurent que l'animal qui se présente au centre est apte à venir faire des exercices. Tout comme nous demanderions un certificat médical à notre médecin pour prendre des cours de natation à la piscine. Pour perdurer dans cette entente, je respecte la profession vétérinaire et m'applique dans ce que je fais. »

Car Carole le reconnaît. Ce qu’elle souhaite, c’est travailler en toute quiétude et en toute confiance avec la profession vétérinaire.

Le but étant « de développer les aspects bien-être, forme et sport aux clients du centre sans proposer de rééducation fonctionnelle ou d'hydrothérapie. La limite entre les deux est parfois infime, alors pour en être sûr je me demande si le vétérinaire a incité à son client de faire marcher son animal dans l'eau ou d'aller le faire nager, sans aucune autre intervention, ce que je fais au centre Aquagility. Le plus d’un tel centre est que l’animal travaille à l’intérieur, dans une eau à 27° pour une détente musculaire optimale et que nous pouvons accélérer et ralentir la cadence du tapis pour la marche et la course, voire jouer sur le niveau d’eau jusqu’à pouvoir faire nager les chiens. La formation que j'ai suivie a été faite par un vétérinaire spécialisé en hydrothérapie, je crois que pour pratiquer cette activité, il faut avoir au minimum des notions médicales. »

Pour Carole, cette forme de complémentarité qu’elle applique est tout à fait possible dans l’absolu. « Je me tiens à mon rôle sans extrapoler sur le thérapeutique. Par contre, associer une cure d'aqua-training à un animal qui est sous traitement, ou consolidé après une opération et une période d'immobilisation, sans contre-indication à l'effort et à la baignade est tout à fait bénéfique pour lui. Le tout est de respecter l'animal et ses capacités. Le vétérinaire peut tout à fait prescrire à un chien une cure de 10 séances de marche rapide, par exemple, dans un but que lui seul se fixe. Je pourrais être opérateur sur prescription ! Tout ce qui est du domaine vétérinaire revient au vétérinaire, dans ce cas je peux tout à fait mettre mes installations à disposition d'un praticien », conclut-elle.

Un manque de formation et d’encadrement en France ?

Carole constate qu’il n’existe pas dans son domaine beaucoup de centres formateurs en France. L’hydrothérapie en est à ses balbutiements, comparé à d’autres pays. « Si l'on est ASV, le centre Alform à Maisons-Alfort propose des modules pour les ASV qui travaillent chez les vétérinaires. Le centre Vétokinesis à Chalamont propose des formations d’une part pour les « vétérinaires » dans un but thérapeutique et d’autre part pour les "non vétérinaires", désireux de faire de l'aqua-training ou de l'hydro-forme ou autres termes non thérapeutiques. »

Carole estime donc que les vétérinaires, professionnels de la santé animale, sont les plus à même d'encadrer les centres d'aqua-training. « Peut-être serait-il judicieux de créer un nouveau métier et de mettre en face un déroulé pédagogique ? Au travers de ce récit et parmi toutes les lois et autorisations existantes, je crois que ce qui est important, c'est que les gens qui créent ces centres soient passionnés et formés pour atteindre un minimum de connaissances et des base incontournables pour ainsi mettre en avant un service professionnel de qualité. »  

Aquagility de Gazeran : pour quels chiens ? Mode d’emploi

Les soins prescrits par un vétérinaire et dès lors que le maître en présente l'ordonnance (envoi avec la feuille de soin en vue du remboursement) sont pris en charge par SantéVet, spécialiste de l'assurance santé animale, à hauteur de la formule souscrite.

Le centre Aquagility se destine à tous les chiens avec principalement comme objectif le bien-être et comme solutions proposées : détente musculaire et articulaire, amaigrissement, entretien de la forme, et optimisation du moral.

Le centre s’adresse donc aussi bien aux chiens sportifs (frisbee, bike-joering, canicross, canirando...) dans le cadre de (maintien de la sportivité hors compétitions) ; pour la progression de l'endurance et de ses performances sportives ; pour l'amélioration de la proprioception du chien dans son environnement ; pour la progression des capacités et de la puissance du chien de sport ; la récupération sportive et la remise à l'effort

Mais le centre s’adresse également aux chiens seniors : soulagement des douleurs musculaires et/ou articulaires ; augmentation/amélioration de la mobilité ; regain d'énergie ; maintien et amélioration du moral.

D'autres cas sont envisageables comme la remise en forme du chien sédentaire qui a une activité moindre, du chien démusclé (après une chirurgie hors post-opératoire, le chien est dans un état « consolidé » ou avant une chirurgie où l'état de la musculature importe pour sa guérison) avec respect de la légalité du code rural sur l'accueil de ces animaux.

A noter enfin que le centre peut aussi être un moyen d’accoutumer et habituer tout simplement un chien aux plaisirs de l’eau.

 Un espace de lavage également

Le centre Aquagility propose également un système pratique pour laver son chien : le Dog Wash. « C’est un espace dédié, c'est la salle de bain du chien. La prestation est ouverte à tous types de chiens, du plus petit au plus grand », explique Carole..« L'avantage est que la baignoire électrique s'ajuste à votre hauteur et que vous préservez votre dos. »

Carole met à disposition des clients un tablier plastique ainsi qu'une dose de shampoing universelle chiot ou chien adulte.

Le Dog Wash est nettoyé et désinfecté entre chaque passage. « Vu les dégâts après le passage d'un animal mouillé, les gens confirment leur préférence à laver leu chien au Dog Wash plutôt que chez eux », s’amuse-t-elle. « Ainsi, en plus de leur dos ils préservent également leur salle de bain ! »

Cela offre aussi pour Carole l’occasion de donner quelques conseils aux maîtres : « J'ai accueilli des clients qui lavaient leur chien à l'eau trop chaude. Ce dernier haletait, mais cela ne les interpellait pas. Je leur ai précisé de réduire la température de l'eau pour le bien-être de leur compagnon. Ils m'ont remercié de cette attention, eux n'avaient pas remarqué ! »

 

Aquagility

Parc Bel Air la Forêt

21A, rue Bernard Bataille

78125 Gazeran

Tél. : 01 30 59 26 88

Port. : 06 74 12 85 47

Site Internet : www.aquagility.fr

 

 

Santévet

Leader de l'assurance santé animale

Photos : Aquagility