layout/navbar/fr_FR/fr_FR/editoArticle/

L'actu des animaux

Actualité

Qu’est-ce qu’être un bon maître pour son chien ?

Qu’est-ce qu’être un bon maître pour son chien ?

Article publié le : 07/10/2021

Un maître responsable, un bon maître a des devoirs envers son chien. Respect de sa nature et de ses besoins, de sa santé et de son bien-être. Respect aussi envers les autres en étant civique et en faisant en sorte que son chien ne gêne personne, ne soit pas à l’origine de troubles ou de dommages.

Adopter un chiot, c’est prendre un engagement sur plusieurs années. C’est poursuivre sa socialisation et l’éduquer correctement. Quels sacrifices faire avec un chien ? Comment être un maître digne de ce nom, comment être un bon maître ? Voici les questions que vous devez vous poser ainsi que nos conseils.

Un chien n’est ni un jouet ni une peluche. Décider d’accueillir un nouveau compagnon dans son foyer ne s’improvise pas.

Voici les questions qu’il faut se poser avant d’acquérir un chiot lorsque l’on veut être un bon maître. Cela commence en amont de l’arrivée de l’animal.

Accueillir un chien doit résulter d’un choix mûrement réfléchi. Trop de chiots achetés sur un coup de tête (ou parfois donnés) se retrouvent lâchement abandonnés.

Choisir son chien en fonction de son mode de vie

Acheter un chien pour se faire plaisir ? Oui, dans la mesure où le chien va correspondre à votre mode de vie. Et que vous pourrez bâtir avec votre compagnon une relation harmonieuse. Ce qui implique qu’il faut faire le bon choix.

Ainsi, si vous êtes sportif, il ne faudra pas vouloir choisir un chien au tempérament casanier, un chien brachycéphales qui sera incapable de vous suivre dans votre jogging ou supporter les grandes promenades, notamment les jours de fortes chaleurs.

De même, il ne faut pas choisir un chien qui a besoin de beaucoup d’exercice lorsque l’on n’a pas soi-même l’envie de bouger, de sortir fréquemment et longtemps son chien.

Se dire que le chien profite d’un jardin n’est pas une excuse. Aussi grand soit-il, un chien a besoin de contacts extérieurs.

Se renseigner sur les caractéristiques de la race avant de franchir le pas est important. Telle race est-elle adaptée à une vie de famille ? Tel chien peut-il vivre en ville et en appartement ? Peut-il cohabiter avec d’autres congénères avec un chat ? Telle race est-elle destinée à un public averti et déconseillée au néophyte ?... Autant de questions qui doivent orienter le choix d’une race.

Ne pas acheter son chien n’importe où et n’importe comment

Il arrive qu’un chiot soit donné. Par un ami, l’ami d’un ami, etc. Mais le plus souvent le chien est acheté. En refuge lorsqu’il s’agit d’un chien qui a été abandonné, auprès d’un particulier, dans une animalerie, sur Internet ou chez un éleveur.

La loi sur la protection animale telle que votée par le Sénat va continuer d’autoriser la vente en animaleries. Certes il existe des exceptions, mais il faut se méfier de certaines qui se fournissent à l’étranger. Le risque est de se retrouver avec un chiot séparé trop tôt de sa mère, pas correctement socialisé, source de déboires et qui sera susceptible de développer des troubles du comportement.

Tout comme les animaleries, la vente sur Internet va continuer d’être elle aussi autorisée, avec normalement un encadrement plus strict. Acheter un chien sur une simple photo relève de l’inconscience ! De plus, les arnaques sur Internet en matière de vente de chiots et chiens plus âgées sont nombreuses. Somme d’argent versée pour un animal que l’on ne verra jamais ! Vente de chiens volés, chiens issus de trafics…

La meilleure façon lorsque l’on se dit vouloir être un bon maître est d’abord de se donner le temps et les moyens de trouver le chien de ses rêves. Visiter plusieurs élevages, et pas nécessairement ceux le plus proche de chez soi, est la meilleure des solutions.

Respecter les obligations imposées par les lois

La loi sur la maltraitance prévoit de soumettre la prochaine acquisition des détenteurs actuels d’animaux de compagnie à l’obtention d’un certificat d’engagement et de connaissance.

Dans le cas de l’acquisition d’un chien dit dangereux de deuxième catégorie, le maître devra respecter de nombreuses obligation parmi lesquels l’obtention d’un permis de détention, l’évaluation comportemental du chien, la souscription d’une assurance Responsabilité civile, etc.

Poursuivre le travail de socialisation de votre chiot

L’éleveur aura commencé le travail de socialisation avant sa cession. C’est au maître par la suite de la poursuivre. Le but est de faire découvrir au chiot des bruits et diverses ambiances, rencontrer d’autres personnes, congénères et animaux.

Généralement, l’éleveur est à même de conseiller son client. Il est également possible d’obtenir des informations auprès de votre vétérinaire comme lors de la première visite par exemple où le praticien vérifiera l’état de santé du chiot et fera le point sur son statut vaccinal et antiparasitaire. 

Mener à bien l’éducation de son chien

Éduquer son chien permet d’avoir à ses côtés un compagnon obéissant sur lequel vous pourrez compter et emmener partout – là où cela est autorisé – sans problème.

L’éducation doit se faire de manière progressive. Certains chiens ont plaisir à restituer très facilement les ordres que leur demande leur maître. Pour d’autre, il faudra faire preuve de fermeté sans jamais toutefois avoir recours à la brutalité, qu’elle soit verbale ou physique. Les récompenses valent mille fois mieux que les réprimandes.

Vous pourrez fréquenter une école du chiot ou bien faire appel à un éducateur canin pour vous aider à éduquer votre compagnon.

Même s’il est âgé, il n’est jamais trop tard. Fuyez en revanche les éducateurs qui utilisent des méthodes « fortes ». L’éducation dite positive a pour sa part fait ses preuves.

Quels sont les besoins de votre chien qu’il faut respecter ?

- Maintenir son chien en bonne santé. C’est une des choses les plus importantes. Pour cela, il y a votre vétérinaire. Suivez ses conseils et recommandations quant à l’utilisation des traitements prescrits. Ne faites pas d’automédication, cela peut être dangereux pour votre chien.

Avec l’aide de votre vétérinaire et de son équipe, votre chien sera correctement vacciné, vermifugé, traité contre les parasites externes (puces, tiques, moustiques, insectes…) et ainsi protégé de nombreuses maladies.

Afin de gérer le budget santé de votre chien et ne pas se résigner à le soigner faute de moyens, vous pouvez souscrire une assurance pour chien qui vous remboursera les frais vétérinaires en cas d’accident et/ou de maladie en fonction de la formule choisie.

- Envisagez la stérilisation de votre compagnon. Une chienne ou un chien n’a pas besoin de faire de petits au moins une fois dans sa vie. La stérilisation permettra d’éviter certains problèmes comme les bagarres, fugues, chaleurs… Elle permettra également de le protéger au niveau de sa santé en diminuant les risques de tumeurs, tant chez la femelle que chez le mâle.

- Lui offrir une alimentation de qualité. Il existe sur le marché et chez votre vétérinaire des aliments d’excellente qualité qui répondront aux besoins nutritionnels de votre chien. Les gamme sont évolutives, du chiot au chien senior en passant par l’adulte.

Si vous optez pour une alimentation ménagère, prenez conseil auprès de votre vétérinaire afin d’être certain de concocter des plats équilibrés.

- Surveillez le poids de votre chien afin qu’il ne souffre as d’obésité, ce qui est le cas de plus en plus de chiens.

- Lui offrir toutes les occasions de se dépenser selon ses besoins. Le tour du pâté de maisons ne suffit pas à tous les chiens. Certains ont un grand besoin de se dépenser, de vider leur trop plein d’énergie.

Grandes promenades, randonnée ou pourquoi pas une activité sportive canine ? Il y en a de nombreuses que vous pouvez pratiquer pour le plaisir voire dans le cadre de compétition.

- Agility, fly-ball, frisbee, obérythmée, pistage, obéissance, cavage (recherche de truffes)… Selon la race de votre chien, il vous sera facile de trouver un sport lui correspondant. le mordant sportif, réservé à certaines races, n'est pas à rechercher en priorité et à réserver à des maîtres avertis. L’essentiel étant que votre chien - et vous-même – y prenne plaisir. Faire une activité avec son chien ne fait que renforcer les liens qui vous unissent.

Être civique et respectueux des autres avec son chien 

Être civique, c’est tout d’abord ramasser les crottes de son chien. Hélas, cela reste un problème dans de nombreuses villes malgré des initiatives l’encourageant.

Avoir un chien, c’est également penser aux autres. Certaines personnes n’aiment pas les chiens ou en ont peur. Certaines personnes n’aiment pas qu’on leur impose la présence d’un chien, comme par exemple si vous êtes invités chez des amis.

Avoir un chien, c’est encore faire en sorte qu’il est reste à sa place. Bien éduqué, s’il est autorisé, il pourra ainsi aller avec vous au restaurant, par exemple.

Bien entendu, votre chien ne devra pas être source de nuisances sonores, de dégradations ou encore à l’origine de blessure ou de morsure.

Le maître a tout intérêt à vérifier si son contrat multirisques habitation inclut bien une assurance Responsabilité civile. Celle-ci couvre le chien au même titre que les autres membres de la famille.

Quels sacrifices faire lorsque l’on adopte un chien ?

Il va vous falloir certainement faire quelques sacrifices.

- Pensez à organiser vos séjours et vos vacances en fonction de votre animal. Donc choisir les endroits – hôtels, campings, centres de vacances, locations saisonnières - où les chiens sont autorisés. Ce qui n’est pas systématiquement le cas. Même chose pour les plages, les parcs publics…

 

- Pour organiser la garde du chien, vous pourrez faire appel à une pension ou bien un service de garde d’animaux. Ils sont de plus en plus nombreux et on les trouve facilement sur Internet. Il existe la possibilité d’accueillir des seniors dans votre maison le temps de votre absence en contrepartie de la garde de votre chien. Ou bien encore trouver une famille d’accueil ou demander à vos voisins.

Accepter que son chien vieillisse et en assurer les conséquences 

Nos amis les chiens n’ont pas la même espérance de vie. Celle des chiens de grande taille est plus courte que celle des petits chiens et chiens de taille moyenne.

Avançant dans l’âge, il faut prendre soin de son compagnon pour lui offrir la meilleure des retraites possibles.

Sous prétexte que c’est un senior, il ne faut surtout pas stopper les rappels de vaccins, les traitement antiparasitaires externes et internes. Avec l’âge le système immunitaire des chiens diminue.

Prenez en compte ses douleurs, son état de santé… Réduisez le temps des promenades. Entourez-le d’amour.

Perdre son compagnon est toujours un moment très difficile. Il faut laisser le temps de faire le deuil de son chien. Et reprendre un nouveau compagnon lorsque l’on a vraiment la certitude que le moment est venu.

Des maîtres choisissent une autre race. Certainement pour ne pas faire de comparaisons. D’autres sont fidèles à leur race de cœur.

En accueillant un nouveau compagnon, cela n’efface pas de la mémoire celui qui restera à toujours dans le cœur. C’est une autre histoire d'amour et de tendresse qui commence.

 

SantéVet

Ensemble, prenons soin de votre animal

Photos : 123RF

Tique Chien malade Anti-puces Éducation chiot Vaccination Moustique et insecte Antiparasitaire Trouble du comportement

A propos de l'auteur

Claude Pacheteau
Claude Pacheteau > Voir sa fiche
Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure