layout/navbar/fr_FR/fr_FR/editoArticle/

L'actu des animaux

Maladies et prévention

10 dangers qui guettent votre chien ou chat au printemps

10 dangers qui guettent votre chien ou chat au printemps

Article publié le : 28/11/2018

Le printemps est une belle saison… celle qui annonce le retour des beaux jours. Mais attention, elle présente certains dangers qu’il est tout à fait possible d’anticiper. A l’intérieur, tout comme à l’extérieur, les dangers sont partout. Voici ceux auxquels vos chiens et chats sont les plus exposés.

1 - Les puces et les tiques font leur retour en force

Les puces sont présentes tout au long de l’année, 365 j/365. Mais au printemps, tout comme les tiques, elles ont tendance à proliférer. La lutte, grâce à l’utilisation d’un antiparasitaire externe à utiliser sur les recommandations de votre vétérinaire protégera votre chien ou chat des démangeaisons (et risques d’allergie dont peuvent être responsables les piqûres de puces), mais aussi la transmission de maladies de ces deux hôtes vraiment indésirables !

 

2 – Les chenilles processionnaires : pas seulement dans le Sud !

On parle beaucoup de réchauffement climatique. Cela a notamment pour conséquence de trouver désormais des chenilles processionnaires plus seulement dans le Sud de la France. Leur poil urticant constitue un véritable danger pour les chiens et les chats. Elles peuvent par contact provoquer de très graves lésions, notamment sur la langue allant jusqu’à la nécrose.

Il est important de repérer les nids et de faire appel à des spécialistes afin de les éliminer. Ou bien, en prenant des précautions, de couper les branches sur lesquelles ils se développent.

 

3 – La leishmaniose : une maladie dangereuse pour votre chien

Cette maladie grave est transmise au chien par un minuscule insecte : le phlébotome. Il mesure à peine 3 mm ! Le pourtour méditerranéen est particulièrement concerné et fait plus de 40 000 victimes chaque année. Si vous y résidez ou bien vous vous y rendez en vacances avec votre chien, demandez conseil à votre vétérinaire. Il existe des insecticides répulsifs, mais aussi désormais également un vaccin qui se pratique dès l’âge de 6 mois.

 

4 – Chiens et chats vont faire leur mue

Au printemps, tout comme à l’automne, chiens et chats font leur mue. Le poil tombe alors davantage et il va être nécessaire d’augmenter le rythme des brossages. Cela permet d’éliminer le poil mort (qui va aussi « gagner du terrain » dans la maison !) et impuretés. Chez le chat, cela évite qu’à force de faire sa toilette et de se lécher il n’en ingère pas trop. Ce qui a alors pour conséquence de former des boules de poil (trichobézoards) pouvant occasionner des vomissements, de la constipation ou pire encore une occlusion intestinale : une véritable urgence vétérinaire.

 

5 – Attention aux risques de chute

Le printemps est le moment où l’on ouvre plus fréquemment fenêtres et balcons. Attention aux risques de chute, tout particulièrement chez le chat, voire aussi dans certaines circonstances chez les petits chiens. Pensez à sécuriser vos ouvertures. Et prenez garde également aux fenêtres oscillo-battantes dans lesquelles les chats se retrouvent parfois coincés.

 

6 – Au jardin, gare aux traitements et aux outils

Quel plaisir de se remettre à jardiner ! Attention, votre chien ou votre chat peut être attiré par les insecticides, pesticides, engrais, etc. que vous utilisez. Mettez-les hors de sa portée et faites en sorte que votre animal n’ait pas accès aux endroits où ils sont répandus. Les outils de jardin peuvent être tranchants et/coupants. Remisez-les eux aussi.

 

7 – Des piscines sécurisées

Les risques de noyade constitue un des dangers du printemps lorsque, si vous en disposez, vos procédez à la réouverture de votre piscine. Son accès devra être protégé. C’’est souvent par épuisement, car dans l’impossibilité de sortir du bassin, que le chien ou le chat s’épuise et que le drame survient alors.

 

8 – Des plantes particulièrement toxiques 

Elles sont belles toutes ces plantes du jardin ou bien même celles de la maison, en pots ou en bouquet. Pourtant de nombreuses sont toxiques, à des degrés différents : hortensia, laurier-rose, lis, philodendron, rhododendron, muguet.

Le problème est que les végétaux ne sont pas tous toxiques de la même manière ! Pour certains ce sont les feuilles, d’autre l’écorce, les fleurs, les baies ou les racines… Les symptômes de l’intoxication sont variés (salivation excessive, vomissements, diarrhée, tremblements…) et peuvent mettre du temps à apparaître. En cas de doute, ne faites pas vomir ni boire votre animal et conduise-le d’urgence chez le vétérinaire. Avec si possible – à condition de l’avoir pris sur le fait – un morceau de la plante en question.

 

9 – Faites la chasse aux épillets

Les épillets sont un véritable fléau ! Ces graines de graminées sont partout : aussi bien dans les hautes herbes que les jardins, voire les pelouses.

Cette herbe sèche s’accroche et « voyage ». Elle peut même s’infiltrer dans des orifices : vulve, anus, oreilles, narines, yeux, voire sous la peau. Ce qui peut nécessiter une intervention vétérinaire.

Au retour de promenade du chien ou chez le chat ayant accès à l’extérieur, procédez à une inspection minutieuse de toutes les parties à risque afin de s’assurer de leur absence.

 

10 – Les allergies saisonnières n’épargnent pas les chiens et chats

Chiens et chats, tout comme les humains, peuvent être touchés par les mêmes allergies saisonnières. 44 % des propriétaires d'animaux de compagnie ignorent que leurs sont eux aussi susceptibles d’en souffrir.

Grattages fréquents, léchage excessif d’une même zone, perte de poils, éruptions cutanées sont autant de signes qui doivent inciter à consulter le vétérinaire.

A noter que la dermatite atopique est l’une des allergies cutanées les plus courantes chez les chiens : elle concernerait de 10 à 15 % d’entre eux. Causée par l'hypersensibilité aux allergènes environnementaux (acariens, poussière, pollen…), ils causent alors une réponse immunitaire excessive

  

L’assurance santé animale vous aide à prendre les devants

Contre tous les dangers qui guettent votre chien ou votre chat au printemps, vous pouvez compter sur l’assurance santé animale, qui fonctionne telle une mutuelle. Et pas seulement en cas de maladie ou d’accident qui viendrait à survenir à cette période de l’année ou à une autre ! Mais aussi pour prendre les devants et mettre en place la prévention nécessaire.

Votre vétérinaire vous conseillera sur les mesures à prendre. Et le forfait prévention contenu dans toutes les formules d’assurance santé animale pour chien et chat de SantéVet vous permettra de financer les traitements adaptés et prescrits en vue d’une protection optimale.

 

SantéVet

Le spécialiste de l’assurance santé chien, chat et NAC

Photo : 123rf

Tique Puce Leishmaniose Chenille processionnaire
Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure