layout/navbar/fr_FR/fr_FR/editoArticle/

L'actu des animaux

Maladies et prévention des chiens

Chiot de 2 mois : la socialisation est essentielle

Chiot de 2 mois : la socialisation est essentielle

Article publié le : 20/10/2021

Chaque chien a son “petit” caractère et certains ont un tempérament plus trempé que d'autres ! Il est indispensable non seulement de poursuivre le travail de socialisation débuté chez le naisseur sérieux chez lequel vous aurez fait l’acquisition de votre chiot (éleveur, amateur passionnés, refuge…). 

Il faut également poser sans attendre les interdits, dès son arrivée dans son nouveau foyer. De manière cohérente, avec justesse, sans brutalité et ne pas faire preuve de trop d’anthropomorphisme, même si votre nouveau compagnon va rapidement faire partie des membres de votre famille à part entière. Cela permettra d’éviter l’apparition de troubles du comportement qui pourraient être très gênants par la suite. 

Après la vaccination, la lutte contre les parasites externes et internes, l'alimentation et la dentionle Dr vétérinaire Ludovic Freyburger, vous donne les clés de la socialisation de votre chiot. 

Une bonne socialisation est primordiale. Si votre chiot est séparé trop tôt de sa mère, mal socialisé ou que le travail de socialisation est interrompu, cela peut entraîner des troubles du comportement plus ou moins lourds de conséquences pour votre compagnon.

C’est notamment pour cette raison qu’il est interdit d’acquérir (gratuitement ou contre paiement) un chiot avant l’âge de 8 semaines. Et pour vous-même, par effet « ricochet ». Des problèmes qui parfois sont malheureusement à l’origine des abandons dont la France détient le triste record. 

Un apprentissage précoce

La socialisation du chiot débute chez le naisseur (éleveur, amateur passionné, particulier chez lequel vous ferez l’acquisition de votre chiot) à compter de l’âge de 3 semaines et durant 12 semaines environ… pour le début.

Les contacts avec sa mère et sa fratrie lui permettent de faire l’apprentissage de la vie. Sa mère va lui inculquer les autocontrôles en le « remettant en place » lorsqu’il dépasse les limites : mordillements, surexcitation conduisant à des jeux trop violents, etc. ; il s’agit de l’apprentissage des limites.

La mère et sa fratrie ne sont pas les seuls premiers êtres vivants qu’il rencontre. Le naisseur est le premier humain que le chiot va côtoyer. L’humain devra le caresser, le manipuler, lui parler. C’est lui qui lui fera connaître les premiers bruits, les premières découvertes. 

Un travail de socialisation à poursuivre avec patience et justesse

Même si votre chiot a été très correctement socialisé, le travail ne s’arrête pas là et c’est à vous de prendre le relais sans attendre dès que votre nouveau compagnon arrive dans votre foyer. Après lui avoir laissé faire la découverte de son environnement – en le mettant à l'abri de tout danger potentiel -, il faudra poser les interdits sans attendre. 

Puis viendra le temps des sorties, de la découverte du monde extérieur, de la rencontre avec d’autres humains et animaux, de l’apprentissage des ordres de base. 

Une attention particulière sera portée aux exercices. Ceux-ci ne doivent pas être trop violents afin de respecter la croissance de votre chiot. Vous aurez tout le loisir de le voir se dépenser de tout son saoul, de pratiquer un sport ou une activité lorsqu’il entrera dans l’âge adulte. 

Évitez les montées et descentes d’escaliers, les glissades sur le carrelage (même si cela vous amuse !) afin de préserver son squelette et ses muscles. 

Certains chiots sont plus têtus que d’autres, plus « roublards » voire plus malins et s’engouffreront dans la première brèche qui se présentera ! Il ne faut pas céder. 

Bien entendu, il ne faut pas chercher à tout lui apprendre en même temps et procéder progressivement. La patience est de mise. Toute violence (physique ou verbale) et toute injustice sont à bannir de l’éducation de votre chiot. 

On obtient beaucoup plus par la récompense que par la réprimande. Sauf lorsque cette dernière est justifiée, comme sa mère pourrait être amenée naturellement à le faire. Votre vétérinaire pourra vous renseigner et vous accompagner dans la mise en place des ces étapes importantes. 

Troubles du comportements : quelles solutions ? 

Votre vétérinaire est votre interlocuteur privilégié pour la santé de votre chien. Mais il est aussi celui qui, connaissant les chiens, peut vous conseiller dans son éducation si vous avez des questions (comme sur la propreté, par exemple), des doutes ou un problème. 

Face à une attitude posant difficulté, un trouble du comportement, votre vétérinaire cherchera dans un premier temps à éliminer une origine médicale installée ou sous-jacente. Cela est nécessaire pour pouvoir résoudre le problème à la base. Si le trouble n’est pas lié à une maladie diagnostiquée, il pourra vous proposer un suivi comportemental ou vous orienter vers un confrère vétérinaire comportementaliste spécialisé.  

Dans les cas les plus difficiles et si le trouble du comportement de votre chiot entraîne un problème thérapeutique (morsures/léchages excessifs occasionnant une plaie, par exemple), l’assurance pour chien prend comme en cas d’accident et/ou de maladie en charge et rembourse ce type de consultation jusqu’à 100 % selon la formule choisie. 

Les médecines douces, manuelles ou encore les consultations pour troubles du comportement à l’origine d’une pathologie sont prises en charge par SantéVet dès lors que l’on s’adresse à un vétérinaire. 

Au final, on se rend compte que le développement comportemental de votre chiot, s’il ne repose pas sur la prescription de traitement afin de protéger votre compagnon, fait tout de même partie intégrante des mesures de prévention à mettre en place afin de s’assurer par la suite d’une bonne cohabitation et connivence avec votre chien.

Dr. Ludovic Freyburger

Enseignant et consultant en médecine préventive à VetAgro Sup (école vétérinaire de Lyon). Président du groupe d'études en médecine préventive de l'AFVAC (Association de Formation des Vétérinaires pour Animaux de Compagnie). Directeur de la formation vétérinaire à la Compagnie des Animaux/SantéVet. 

 

A lire également

Prévention: dès 5 mois rien n’est acquis pour votre chien

Alimentation et dentition chez votre chiot de 2 mois

Alimentation du chiot : bien nourrir pour bien grandir

Socialisation du chiot : attention aux troubles du comportement

 

 

SantéVet

Ensemble, prenons soin de votre animal

Photos : Shutterstock

Éducation chiot Trouble du comportement

A propos de l'auteur

Claude Pacheteau
Claude Pacheteau > Voir sa fiche
Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure