layout/navbar/fr_FR/fr_FR/editoArticle/

L'actu des animaux

Maladies et prévention

Dysplasie : appel aux vétérinaires pour les recherches

Dysplasie : appel aux vétérinaires pour les recherches

Article publié le : 30/07/2020

L’équipe “Génétique du chien” (CNRS-Université de Rennes 1) poursuit ses recherches sur les bases génétiques de la dysplasie coxo-fémorale chez le chien dans le cadre d'une collaboration et avec le soutien financier de l'Association Les Chiens Guides d’Aveugles de l’Ouest (ACGAO) et de la Fondation VISIO qui a créé un pôle de recherche vétérinaire canine unique en France, dédié à la santé et au bien-être du chien guide et du chien d’assistance. Les vétérinaires sont invités à participer à ce travail de recherche en génétique canine. A noter qu’avec l’aide des vétérinaires, les maîtres peuvent également participer aux recherches sur cette maladie touchant un grand nombre de races et particulièrement celles de grande taille.

Cette recherche en génétique canine pour laquelle est lancé un appel aux vétérinaires offre un double intérêt, en médecine vétérinaire et en médecine humaine.

En effet, les chercheurs ont besoin de prélèvements sanguins de chiens présentant une DCF (dysplasie coxo-fémorale) et radiographiés D ou E selon la nomenclature FCI, plus particulièrement dans les races de chiens guides : Labrador Retriever, Golden Retriever, mais aussi dans les races suivantes : Bouvier Bernois, Dogue de Bordeaux, Cane Corso, Epagneul Breton, Berger des Pyrénées, Berger Allemand, Setters... Le sexe et l’âge sont indifférents.

La participation à ce projet consiste simplement à effectuer un prélèvement de 3 à 5 ml de sang dans un tube avec anticoagulant (EDTA), à remplir un questionnaire clinique et à joindre les résultats de la radiographie.

Ces ressources, accompagnées d’une photocopie du pedigree si le chien est LOF, seront à envoyer au Centre de Ressources Biologiques Cani-DNA de Rennes.

Une maladie touchant de nombreuses races

La dysplasie de la hanche ou dysplasie coxo-fémorale (HD) est une maladie touchant un très grand nombre de races, et plus particulièrement celles de grandes tailles. Cette maladie multifactorielle, a des causes génétiques qui sont étroitement liées à des facteurs extérieurs (tels que le poids du chien, activité physique…). La dysplasie de la hanche est une pathologie complexe faisant intervenir plusieurs gènes avec des altérations géniques variées.

Dysplasie coxo-fémorale chez le chien : les maîtres peuvent participer aux recherches

Dans le cadre de ses recherches, l’équipe “Génétique du chien” (CNRS-Université de Rennes 1) en appelle également aux maîtres de chiens des races les plus concernées par la DCF. En pratique, si vous souhaitez participer à ce projet de recherche et ce de manière anonyme, il est demandé, lors du dépistage radiographique de la dysplasie coxo-fémorale ou d’une autre visite chez votre vétérinaire, de faire parvenir une série d’éléments dont vous trouverez la liste sur le site Canine Genetics de l’Institut de Génétique et Développement de Rennes – IGDR

Pour en savoir plus sur le programme invitant les vétérinaires à participer à un projet de recherche sur la dysplasie coxo‑fémorale chez le chien

Le nécessaire de prélèvement, le protocole détaillé ainsi qu'une enveloppe pré-affranchie seront fournis sur demande par mail à l’adresse : cani-dna@univ-rennes1.fr ou par téléphone au 02 23 23 45 09.

Plus d’infos sur le site internet

 

Dysplasie chez le chien : SantéVet la prend en charge

SantéVet est le premier et seul assureur à prendre en charge la dysplasie coxo-fémorale chez le chien.

La décision de la prise en charge de cette pathologie handicapante pour les chiens qui en sont atteints et pénible à vivre pour leurs maîtres se fonde en premier lieu sur la volonté d’inciter les propriétaires à prendre conscience de l’importance d’un dépistage et d’un traitement précoces.

Concrètement, pour bénéficier des modalités de remboursement, la marche à suivre par le propriétaire d’un chien est simple.

Il lui faut souscrire une formule (Confort+, Premium ou Optimal) avant les 5 mois du chiot et faire procéder à un dépistage précoce (avant 18 semaines) par mesure d’un indice que l’on appelle dans le jargon vétérinaire de « distraction ». Il s’agit d’une méthode de radiologie du bassin qui est placé en compression et distraction. C’est une méthode tout à fait classique, mais qui est considérée comme étant la meilleure afin d’obtenir une lecture de hanche la plus claire et transparente possible. Une méthode jugée efficace par le corps vétérinaire à condition d’être effectuée précocement.

Tout va dépendre des résultats obtenus. Le traitement pourra être chirurgical ou médical, le choix thérapeutique relevant de la décision du vétérinaire, en concertation avec le maître.

La prise en charge se fait à hauteur du taux de remboursement de la formule d’assurance choisie, avec un plafond de 1500 € pour toute la durée de vie de l’animal et sans supplément de coût.

Pour en savoir plus sur la prise en charge par SantéVet de la dysplasie coxo-fémorale, vous pouvez contacter l'un de nos conseillers au  : 04 78 173 800.

 

A lire également : Dysplasie de la hanche chez le chien: serai-je remboursé ?

 

 

SantéVet

Ensemble, prenons soin de votre animal

Photo : 123rf  

Dysplasie
Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure