Claude Pacheteau

Vente de chiots sur Internet : attention aux arnaques

Les arnaques consistant à vendre des chiots à des prix défiants toute concurrence sur Internet continuent de faire… des victimes parmi de naïfs acquéreurs. 

Les ficelles sont tellement grosses que l’on se demande comment il est possible un instant d’y croire ! Pourtant, les arnaques consistant à vendre des chiots à des prix défiants toute concurrence sur Internet continuent de faire… des victimes parmi de naïfs acquéreurs. 

Les services d'inspection vétérinaire et phytosanitaire aux frontières (SIVEP) de l'aéroport de Toulouse-Blagnac font état chaque semaine d’arnaques. Celles-ci peuvent aller jusqu’au nombre de dix. Elles concernent l’achat d’animaux sur Internet, et plus précisément de chiots. Les faits sont relatés sur le site ladepeche.fr. 

« Certaines semaines, nous pouvons avoir jusqu'à dix arnaques de ce type », explique dans l’article de ladepeche.fr le docteur Sonia Kaeuffer, chef du service frontalier du SIVEP à Blagnac. « Les temps de crise sont propices à ce genre d'arnaque car les gens veulent croire à ces offres alléchantes. Ils sont davantage attirés par les prix au rabais », poursuit-elle.

Des chiens proposés à 150 € alors que leur coût habituel s’établit à 1 000 € en moyenne, voire bien davantage. 

On trouve ce genre d’offres sur de nombreux sites d’annonces, photos à l’appui. Et il n’est d’ailleurs pas rare que les photos aient été reproduites sans autorisation, donc « piratées » sur des sites d’éleveurs. 


Des pratiques de plus en plus connues, mais qui persuadent encore


Les vendeurs n'hésitent pas à fournir de fausses factures d'achat sur des vols existants, à laisser un numéro de téléphone ou encore de préciser qu'ils cherchent « des personnes attentionnées pour prendre soin de leur animal » pour attendrir les acheteurs.

Sur internet, plusieurs forums font état de ces pratiques et commencent à connaître un écho auprès d'éventuels clients, explique encore l’article. La technique est souvent toujours la même : une somme est demandée pour des problèmes de vaccination, de frais de transport, etc. 

Malgré cela, il reste des personnes vraiment naïves. Comme une femme de Toulouse qui a déboursé 2 500 € pour trois bulldogs anglais qu’elle n’aura bien entendu jamais reçus. 

Source : ladepeche.fr


SantéVet

Le spécialiste de l’assurance santé chien, chat et NAC

Photo : Fotolia.com