layout/navbar/fr_FR/fr_FR/editoArticle/

L'actu des animaux

Maladies et prévention des chiens

Top 5 des dangers du printemps pour le chien et le chat

Top 5 des dangers du printemps pour le chien et le chat

Article publié le : 31/01/2022

A chaque saison ses dangers pour les chiens et les chats. Le printemps, aussi agréable soit-il, n’y échappe pas. Voici le Top 5 des dangers qui guettent vos chiens et chats et auxquels il faut penser afin d’anticiper et prendre certaines précautions.

1 – Le risque de chute augmente

Au printemps, on commence à « ouvrir » la maison. Les chats et les petits chiens risquent de chuter par une ouverture. Quand ce n’est pas pour ces premiers de se coincer dans une fenêtre oscillo-battante. Les ouvertures sont donc à mettre sous surveillance et à sécuriser.

2 – Puces et tiques font leur grand retour

Les puces et les tiques peuvent transmettre de graves maladies. Elle font partie de ces parasites qui empoisonnent la vie des chiens et chats. Selon les recommandations de votre vétérinaire, il est essentiel de poursuivre les traitements afin de protéger son compagnon. 

L'achat des antiparasitaires peut être financé à l’aide du budget prévention tel que le propose SantéVet dans toutes ses formules d'assurance pour chien et chat

Attention : on ne doit pas utiliser un antiparasitaire pour chien pour traiter un chat. Cela est très dangereux. C'est pourquoi il est important de suivre les recommandations du vétérinaire. Il prendra en compte l'âge de l'animal afin par exemple de prescrire le traitemment antiiparasitaire destiné au chiot ou au chaton. Puis suivant le mode de vie de l'animal et la manière dont il évolue par la suite, le vétérinaire adaptera le traitement visant à protéger le chien ou le chatd es parasites externes. 

Une inspection régulière permettra de s’assurer de l’absence de parasites, mais encore des épillets, qui commencent à « sévir » à la belle saison.

A noter également que chiens et chats peuvent être touchés par les allergies saisonnières.

3 – Les chenilles processionnaires : un véritable fléau

Les chenilles processionnaires ne sont pas uniquement présentes dans le Sud, loin de là. C’est dès mars-avril, lorsqu’elles descendent de leur nid (poire plus tôt lorsqu’il fait doux), que les chenilles processionnaires sont dangereuses. A leur contact, souvent en voulant ‘’jouer’’, leur poils urticants peuvent causer de sérieuses lésions. C’est une urgence vétérinaire.

4 – La mue : un danger à ne pas sous-estimer

Avec l’automne, le printemps est la saison où le poil tombe davantage. En se léchant, ce que fait particulièrement le chat, l’ingestion de poils peut être à l’origine de boules. Celles-ci sont parfois responsables de vomissements ou encore de constipation, mais surtout d’une occlusion intestinale.

La solution est simple ! Il suffit d’augmenter le rythme des peignages/brossages. Un aliment ou un traitement spécifique disponible chez le vétérinaire pourra également être utilisé. 

5 – Des jardins extraordinaires !

C’est aussi au printemps que l’on plante et… que l’on replante ! On utilise parfois des insecticides, pesticides ou encore des engrais. Ils sont responsables d’intoxications (tout comme certaines plantes d’ailleurs) imposant une consultation vétérinaire sans attendre.

Leur stockage dans un endroit inaccessible pour les chiens et chats est à prévoir. Attention aussi aux outils de jardinage avec lesquels les animaux peuvent se blesser.

 

SantéVet

Ensemble prenons soin de votre animal  ! 

Photo : 123rf 

Tique Puce Anti-puces Vomissement Chenille processionnaire Diarrhée Intoxication Antiparasitaire

A propos de l'auteur

Claude Pacheteau
Claude Pacheteau > Voir sa fiche
Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure