Claude Pacheteau

Musheuse et entrepreneuse : ou comment changer de vie

Qu’est-ce qui a poussé Valérie Maumon à quitter son poste de directrice de clientèle dans un service commercial et marketing du secteur de l’informatique et sa vie de sédentaire ? L’arrivée de Maxime, son troisième enfant. Certes. Mais un retour aux sources s’est imposé, et avec lui un changement de vie radical. Avec pour objectif d’acquérir de l’autonomie et aller vers sa passion : les chiens. Portrait d’une musheuse qui n’a pas froid aux yeux ! Pour preuve : elle a également lancé sa gamme de compléments alimentaires pour chiens.

Mettant par-dessus tête une carrière de directrice de clientèle dans un service commercial et marketing du secteur de l’informatique, Valérie Maumon a fait le choix de revenir aux sources à la naissance de Maxime, son troisième enfant.

Originaire de la région grenobloise, dont elle a écumé les sentiers à ramasser des pommes en compagnie de son grand- père durant son enfance, cette amoureuse de la nature est donc revenue s’installer sur ses terres.

Valérie s’est alors fixé pour d’acquérir de l’autonomie et aller vers sa passion : les chiens.

14 chiens toujours à ses côtés

valerie_maumon_complements_alimentaires_chiens_2

Déjà propriétaire d’un Golden Retriever, elle découvre les Husky. C’est une révélation. Exit les collègues, bonjour les canidés, Valérie devient musher ou plutôt musheuse au féminin.

Elle possède aujourd’hui 14 chiens, véritables partenaires de vie avec qui elle partage tout, à commencer par les 365 jours de l’année. Elle consacre le maximum de temps à ses chiens.

Éducation, soins, entrainements 5 fois par semaine… Elle s’occupe intégralement de ceux qu’elle considère non pas comme des outils de travail, mais comme d’attachants compagnons.

Et qu’importe si tous ses chiens ne courent pas en compétition, entre autres.« « Pas question de faire des choix : même si tous ne courent pas, tous sont systématiquement du voyage. Leur bien-être prime et primera sur le reste, et cela passe par une unité en toutes circonstances »,  assure Valérie Maumon.

Courses en montagne l’hiver, canicross l’été, chacune des courses est une aventure qu’elle partage à 100 % avec ses compagnons.

Musheuse accomplie, Valérie ne parle pas de métier pour désigner son activité. Mais si elle ne la considère pas comme telle, Valérie n’en reste pas moins une compétitrice.

Rare représentante féminine de la discipline, Valérie cumule les titres : championne et vice-championne de France, sur le podium des championnats du monde 2019, entre autres. 

Musheuse et entrepreneuse : une femme aux multiples casquettes

Valérie aurait pu s’en arrêter là. Après avoir réalisé qu’il n’existait pas d’accompagnement phytothérapique pour les chiens sportifs, elle s’est donc là encore lancée et a développé en 2016 sa gamme de compléments alimentaires naturels : Elemen.vet.

« Soucieuse du bien-être général de mes chiens, j’ai cherché durant plusieurs années des produits naturels pour complémenter l’alimentation de qualité dont ils bénéficient et leur permettre d’atteindre nos objectifs sportifs », explique-t-elle. « Cette recherche a été menée avec une équipe de spécialistes de la santé animale et des chiens de sport. N’ayant pas pu trouver des solutions répondant à toutes mes exigences j’ai décidé de créer ma propre gamme de produits naturels et de compléments alimentaires. »

Œuvrer en faveur du ré-ensauvagement des territoires

Avec des emballages écologiques et respectueux de l’environnement, Elemen.vet est fabriqué dans les Alpes.

A la fois végétale et animale, la gamme permet de mettre en place une Elementhérapie à l’aide d’un pilulier recyclable en fin de vie :  la terre happy.

Au fil et en fonction des mois, celui-ci permet de distribuer des compléments alimentaires ciblés : pelage, coussinets, articulations renforcées, digestion, anti-stress, haleine et produits de massage.

Extrêmement engagée dans la défense de son « environnement », Valérie aimerait que sa marque soit également porteuse de valeurs caritatives dans le rewilding. Cela consiste en la restauration en pleine nature d'espèces perdues. Créer des sanctuaires dans lesquels la faune et la flore sont abandonnés de la main de l’homme.

« La nature est toujours plus forte quand l’homme ne s’occupe pas d’elle, et notamment quand il ne cherche pas à la maîtriser », conclut Valérie.

Désormais, Valérie vit à 100 à l’heure. Chaque jour de l’année commence par une visite à ses Huskys dès l’aube, puis d’un petit déjeuner et d’un entrainement avec ses 14 compagnons. Puis elle met sa casquette d’entrepreneuse pour l’après-midi. Pour finir, ou presque, avec celle de maman lors de ses fins de journées qu’elle consacre à son cadet, après une dernière visite à ses chiens.

Ça vous donne envie à vous aussi de tout « plaquer » ?

 

SantéVet

Ensemble, prenons soin de votre animal

Photos : DR