L'actu des animaux

Maladies et prévention des chats

La maladie inflammatoire chronique MICI chez le chat

La maladie inflammatoire chronique MICI chez le chat

Article publié le : 24/11/2022

La MICI, acronyme pour maladie inflammatoire chronique de l’intestin, est une affection digestive pouvant toucher le chat. Elle provoque des troubles gastro-intestinaux chroniques c’est-à-dire qui persistent dans le temps. Néanmoins, elle n’est pas la première cause de diarrhées ou de vomissements chez l’animal, et elle n’est pas simple à reconnaître. Alors, quels sont les signes évocateurs ? Quels examenspermettent diagnostiquer cette affection ? Quels sont les traitements efficaces ainsi que l’espérance de vie chez les chats atteints ? Voici quelques éléments de réponse.

MICI chez le chat : qu’est-ce que c’est ?

Les troubles digestifs sont fréquents chez le chat. Ils peuvent dans certains cas, notamment lorsqu’ils durent dans le temps ou sont récurrents, être secondaires à une maladie inflammatoire chronique de l’intestin, aussi appelée entéropathie chronique. Chez l’Homme, ces affections sont comparables à la maladie de Crohn.

La MICI (maladie inflammatoire chronique) correspond, comme son nom l’indique, à une inflammation chronique de la paroi du tube digestif, pouvant toucher un ou plusieurs organes du tractus simultanément :

- Intestin grêle ;

- Estomac ;

- Gros intestin ;

En effet, chez les animaux atteints de cette pathologie, la muqueuse est envahie par des cellules inflammatoires, des globules blancs (ou lymphocytes). Leur présence est anormale et secondaire à une réaction inflammatoire excessive, souvent liée à un dérèglement immunitaire et une hypersensibilité à certains antigènes présents dans le tube digestif (bactéries, parasites), ou bien à une intolérance ou allergie alimentaire, ou encore à un déséquilibre de la flore microbienne. Plusieurs facteurs, combinés ou non, sont responsables de cette pathologie.

Dans tous les cas, peu importe la cause, la muqueuse digestive est inflammée de manière persistante.

L’infiltration par ces cellules entraîne un épaississement de la paroi, qui ne peut plus jouer correctement son rôle, à l’origine d’une mauvaise digestion, de troubles du transit et des symptômes de type diarrhées, vomissements.

Bien qu’elle soit plus fréquente chez les chats d’âge moyen, la maladie peut également toucher les animaux plus jeunes ou plus âgés.

Certaines races sont prédisposées :

Siamois,

Persan,

Himalayen.

Certains chats atteints de MICI peuvent également souffrir d’une pancréatite et d’une cholangite (inflammation du pancréas et des voies biliaires), dans ce cas on parle de triade féline.

Les symptômes sont identiques mais les traitements seront plus complexes et le pronostic plus réservé, puisque le chat est atteint de 3 maladies en simultané.

Quels sont les symptômes caractéristiques ?

Des troubles gastro-intestinaux chroniques, c’est-à-dire récurrents ou évoluant depuis plus de 3 semaines, peuvent être évocateurs d’une MICI :

Vomissementsavec du mucus ou de la bile ;

Diarrhées parfois teintées de sang ou de mucus ;

- Troubles de l’appétit (baisse ou augmentation) ;

- Perte de poids plus ou moins importante ;

- Pelage sec et terne.

Ces signes ne permettent pas à eux seuls de confirmer une MICI, ils peuvent être secondaires à de nombreuses autres maladies. C’est pourquoi le diagnostic de cette affection n’est pas aisé.

Quels examens permettent de diagnostiquer une MICI ?

Si votre chat souffre de troubles digestifs chroniques, votre vétérinaire procèdera tout d’abord à un examen clinique complet et vous posera plusieurs questions afin de cerner le problème.

Ensuite, divers examens pourront être réalisés afin de vérifier les causes les plus fréquentes de diarrhées et/ou de vomissements :

- Un bilan sanguin completavec éventuellement une analyse d’urine pour vérifier les signes d’infection (taux de globules blancs, globules rouges) ; le fonctionnement du foie, des reins ; les minéraux et d’éventuelles carences (vitamine B12) ; un trouble hormonal (hyperthyroïdie)…

- Une radiographie et/ou échographie abdominale et/ou une endoscopie digestivepour visualiser les organes, les ganglions lymphatiques, vérifier la présence éventuelle d’un corps étranger, d’une tumeur ou d’un épanchement

- Une coproscopie c’est-à-dire une analyse de selles pour détecter des parasites (vers intestinaux).

Si aucune de ces hypothèses n’est validée, la suspicion de MICI est plutôt forte. Dans ce cas, le seul examen permettant un diagnostic de certitude consiste en la réalisation de biopsies sous anesthésie générale. Soit par endoscopie soit par chirurgie, votre vétérinaire réalisera des prélèvements de tissu digestif sur les zones inflammées, et les fera analyser par un laboratoire. Si des globules blancs sont présents en grande quantité dans la paroi, le diagnostic est alors confirmé.

Ces examens permettront également de détecter la pancréatite et la cholangite impliquées dans la triade féline.

Quelle prise en charge pour la maladie inflammatoire chronique intestinale ?

Il convient tout d’abord de traiter les symptômes de la crise. Pour cela, votre vétérinaire pourra prescrire à votre chat :

- Un anti-vomitif ou anti-nauséeux en cas de vomissements ;

- Un anti-diarrhéique en cas de diarrhées ;

- Des pansements digestifs en cas d’irritations ;

- Des compléments alimentaires (notamment en vitamine B12 qui a tendance à être diminuée)

Ces traitements permettront au chat de retrouver rapidement un bon confort de vie. En revanche, un chat atteint de MICI ne pourra pas en guérir : les signes risquent de récidiver à l’arrêt de ces médicaments. C’est pourquoi un traitement de fond doit être mis en place, souvent à vie, afin de limiter la fréquence et l’intensité des crises. Plusieurs approches peuvent être combinées. Des Mesures diététiques: passage à un régime alimentaire hypoallergénique, c’est-à-dire qui permet d’éviter toute réaction inflammatoire lors de la digestion.

Des croquettes vétérinaires de ce type existent actuellement sur le marché. Elles contiennent des protéines animales spécifiques, très digestes et n’ayant jamais été ingérées auparavant et ne pouvant donc pas être allergènes.

Une transition sera nécessaire avec l’ancien aliment de votre chat, et ensuite les effets bénéfiques devraient être observés au bout de quelques semaines.

Ce régime doit être respecté scrupuleusement : le chat ne doit rien ingérer d’autre à part ces croquettes (plus de friandises, ni de restes de tables !).

- Traitement médicamenteux: lorsque l’alimentation hypoallergénique ne suffit pas, des antibiotiques, des anti-inflammatoires (corticoïdes) voire dans les cas les plus sévères des immunosupresseurs (médicaments qui inhibent le système immunitaire) pourront être prescrits.

- Alternatives naturelles : certains médicaments à base de plantes pourront vous être proposés, mais jusqu’à aujourd’hui aucun traitement naturel seul n’a prouvé son efficacité. Ils peuvent donc être prescrits en complément.

Ces traitements contrôlent seulement les symptômes mais ne permettent pas de guérison. Il devra être poursuivi toute la vie de l’animal.

Si votre chat souffre de triade féline, il pourra être hospitalisé sous perfusion quelques jours afin de faciliter sa prise en charge et lui administrer ses traitements par voie intraveineuse. Des antibiotiques et anti-inflammatoires seront nécessaires.

Un suivi vétérinaire régulier sera nécessaire pour contrôler l’efficacité du traitement.

Quel est le pronostic à long terme ? 

Même s’il n’est pas possible de guérir d’une MICI, de nombreux chats arrivent à vivre convenablement avec la maladie, sous réserve que le traitement soit suivi avec rigueur.

Pour certains, un régime alimentaire suffira à contrôler les symptômes, alors son espérance de vie est la même que pour un chat sain. Pour d’autres, malgré un traitement lourd, les crises restent intenses et l’état se détériore. Chaque chat est différent.

La maladie est rarement mortelle, sauf en cas de triade féline : le pronostic est plus réservé étant donné que le chat souffre de trois pathologies à la fois.

La MICI du chat est donc une affection digestive, à l’origine de troubles gastro-intestinaux chroniques (vomissements, diarrhées qui durent dans le temps). Son origine est multifactorielle mais résulte souvent d’un dérèglement immunitaire, à l’origine d’un mauvais fonctionnement des muqueuses digestives.

Le diagnostic passe par l’élimination des nombreuses causes de symptômes digestifs puis la réalisation de biopsies. Une fois confirmée, la maladie est prise en charge par un régime alimentaire hypoallergénique strict avec, pour les cas sévères, des médicaments en plus.

Ces mesures ne permettent pas de guérir le chat mais de limiter les symptômes, et doivent être respectées scrupuleusement toute la vie de l’animal pour éviter les rechutes.

 

Si le chat a un bon confort de vie, son espérance de vie n’est pas diminuée par la maladie inflammatoire chronique. Parfois, la MICI chez le chat se complique en triade féline et dans ce cas le pronostic est plus réservé.

 

SantéVet

Ensemble, prenons soin de votre animal

Photos : 123RF

Diarrhée Vomissement Vers du chat

A propos de l'auteur

Juliette Garnodier

Juliette Garnodier

> Voir sa fiche
Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure