layout/navbar/fr_FR/fr_FR/editoArticle/

L'actu des animaux

Maladies et prévention

Chien adulte : vaccins, antiparasitaires... indispensables

Chien adulte : vaccins, antiparasitaires... indispensables

Article publié le : 20/10/2021

Grâce aux conseils et recommandations avisés de votre vétérinaire, vous avez pu permettre à votre compagnon de bien démarrer dans la vie et prévenir les problèmes de santé, les maladies ou encore les troubles du comportement. 

La prévention doit se poursuivre afin de ne rien perdre des bénéfices acquis. Tout devient plus simple, l’essentiel étant de ne pas rater certaines échéances pour ses rappels de vaccins. Et poursuivre la lutte contre les parasites externes et internes. 

La prévention évoluera en fonction des changements éventuels de votre mode de vie dont il faudra tenir informé votre vétérinaire. A l’occasion du bilan annuel - aussi appelé bilan de santé - ou entre deux rendez-vous. 

En dehors de cela, vous devrez consulter en cas d’urgence afin de ne pas attendre et éviter que l’état de santé de votre compagnon ne se dégrade. 

À 10 mois, quelles sont les étapes systématiques à ne pas rater pour votre chien ?

Prendre soin de son chien est une évidence pour les maîtres responsables. En misant sur la prévention et en respectant les étapes qui doivent systématiquement être observées, vous continuerez de voir grandir votre compagnon.

Vous allez commencer à profiter autrement de lui en dehors du foyer. Cela implique également d’adapter les mesures de protection pour maintenir votre chien en bonne forme et d’effectuer régulièrement un bilan de santé. Ce dernier, en dehors des rappels de vaccin ou des événements imposant une consultation sans attendre, permet de s’assurer que tout va bien, de détecter précocement tout problème ou limiter les risques de dégradation suite à une maladie déclarée. 

La vaccination contre la leptospirose a débuté à l’âge de 2 à 4 mois chez votre chiot. À partir de l’âge de 10 mois, la prochaine consultation permettra au vétérinaire de consolider la réponse immunitaire contre cette maladie contre laquelle il est important de protéger préventivement votre chien grâce à la vaccination qui a été mise en place. 

Cette vaccination devra avoir lieu environ un an après la dernière injection. Soit à 1 an et 3 mois, ou 1 an et 4 mois. 

Vaccins, antiparasitaires… Passé 5 mois, votre chien grandit et la prévention évolue

Votre vétérinaire a mis en place le protocole vaccinal le mieux adapté à votre chien. Celui contre le CHP (la Maladie de Carré (C), l'hépatite Contagieuse canine ou hépatite de Rubarth (H) et la parvovirose (P)) est désormais terminé. Il s’est en effet achevé avec la consultation dite pubertaire. 

Des rendez-vous vaccinaux plus espacés

La prochaine date de vaccination contre ces 3 maladies aura lieu 3 ans après la date de consultation. Soit entre 3 ans et demi et 4 ans pour votre chien. Voyez comme les choses sont désormais plus simples ! 

Concernant la leptospirose, 4ème maladie contre laquelle tous les chiens en France doivent être vaccinés, la vaccination contre cette maladie se fera au moment de la consultation ayant lieu vers l’âge d’un an et 3 ou 4 mois. Cela fait partie des vaccinations essentielles dont vous aura parlé votre vétérinaire.

D’autres vaccinations, dites circonstancielles, vous auront été proposées éventuellement par votre vétérinaire lors de la consultation pubertaire. Leur importance et leur nécessité dépendent du mode de vie de votre chien... Et du vôtre ! Car le mode de vie d’un chien est en fait calqué sur celui de son maître. 

Vous déplacez-vous avec votre compagnon à travers la France ou à l’étranger ? Pratiquez-vous avec votre chien une activité ou un sport de groupe ? De manière ludique ou dans le cadre de compétitions canines ? Fréquentez-vous des zones potentiellement infestées par les tiques comme le sont les forêts, les sous-bois… la campagne de manière générale ? Résidez-vous ou bien vous rendez-vous dans des zones où les phlébotomes, vecteurs de la leishmaniose, sont présents ? 

On peut situer cette zone à risque au sud de Valence (Drome) et notamment dans le bassin méditerranéen et la région du sud-ouest. Auquel cas, votre vétérinaire pourra vous recommander un antiparasitaire spécifique éventuellement combiné avec un vaccin. Autant de questions et d’autres encore que le vétérinaire ou l’ASV vous poseront, pour vous proposer les stratégies les plus adaptées à votre chien.

La lutte contre les parasites à envisager

Il ne faut pas faire l’impasse sur la lutte contre les parasites externes (puces, tiques…) et internes (vers). Elle doit être sans merci, car elle permet, avec l’utilisation d’un antiparasitaire et d’un vermifuge adaptés à votre chien, de lui éviter de souffrir de piqûres entraînant des démangeaisons. Mais aussi le protéger contre toute forme d’allergie ou pire encore de maladies graves que peuvent transmettre les tiques, les puces (ténia), les insectes même minuscules comme le phlébotome pour la leishmaniose. 

La lutte contre les parasites externes et les parasites internes est une question de santé publique. Il ne faut pas oublier en effet que certaines maladies sont transmissibles de l’animal à l’homme. Et inversement. C’est ce que l’on nomme les zoonoses. 

Le traitement antiparasitaire est susceptible d’évoluer au fur et à mesure des consultations, car chaque changement dans l’environnement ou le mode de vie peut avoir un impact sur le type de molécules antiparasitaires prescrites et sur la fréquence. Il est donc très important de donner un maximum d’informations à l’équipe médicale pour lui permettre d’adapter au mieux la prescription. 

Faire preuve d’une bonne hygiène à la maison

Le chien du foyer, souvent considéré comme membre de la famille à part entière, impose la mise en place de quelques mesures d’hygiène. Elles sont simples et tombent sous le sens : 

- Lavage des mains après chaque contact avec votre chien, et quoi qu’il en soit avant de toucher un aliment ou de toucher votre visage, ou celui d’un de vos proches, 

- Lavage des endroits et accessoires de couchage du chien, 

- Bien traiter votre animal contre des parasites et notamment contre les puces vous permettra d'éviter de devoir traiter votre environnement par des produits chimiques agressifs et coûteux,

- De même, on apprendra aux enfants à ne pas se laisser faire des « bisous » et léchouilles par leur compagnon. Même si, on le sait, ils sont ensemble très complices et partagent de merveilleux instants. 

Adapter les traitements à chaque changement

Un nouvel arrivant peut survenir dans la vie de votre chien. Ce peut être parfois une personne dont la santé est fragile (bébé, personnes avec une maladie chronique, personne âgée). Là aussi, cela demandera à modifier le traitement du chien. 

Un animal peut aussi parfois faire son arrivée dans le foyer. Un chiot, un chaton, un NAC. Si plusieurs animaux cohabitent ensemble, tous devront être traités en même temps. 

Mais attention : seulement avec les produits que vous prescrira votre vétérinaire pour chacun. Car on ne traite pas différentes espèces avec un seul et même produit. Cela représente d'ailleurs un danger, particulièrement de donner certains traitements du chien au chat : cela peut dans certains cas, tuer le chat !

Tout changement dans la vie de votre chien, comme par exemple un déménagement de la ville à la campagne, un séjour en pension avec d’autres chiens, etc. doit faire l’objet d’une consultation vétérinaire. Celle-ci permet d’adapter les traitements préventifs de manière conséquente. 

Leptospirose : pensez à la date de rappel du vaccin

Pour cette consultation, une tolérance maximale d’un mois peut être appliquée pour éviter d’avoir à recommencer le protocole vaccinal contre la leptospirose à zéro. Pensez donc à noter cette date d’échéance, comme toutes les autres chez votre vétérinaire. 

Les moyens de le faire grâce aux technologies actuelles sont nombreux : 

- agenda disponible sur votre portable,

- tablette,

- ordinateur. 

À moins que vous ne préfériez le « bon vieil » agenda papier ! 

Qu’importe. Il serait dommage de dépasser un délai maximum prescrit et de devoir tout refaire depuis le départ. De toutes manières, votre vétérinaire vous préviendra généralement à l’avance, soit par courrier postal soit désormais par mail ou SMS. 

Le vétérinaire soigne, mais il écoute également ! 

Vous avez tissé un lien étroit avec votre vétérinaire auquel vous faites confiance. C’est en fait un peu comme avec son médecin ou sans dentiste : on n’a pas envie d’en changer ! 

Votre vétérinaire, comme la très grande majorité des hommes et femmes qui ont choisi cette voie, l’a fait par amour des animaux. 

Votre vétérinaire ne fait pas que vacciner ou protéger votre chien des parasites. Même si votre compagnon est en pleine forme, il échange avec vous. Il se crée alors un lien de confiance. 

Cela permet par exemple en dialoguant avec lui d’obtenir les réponses à toutes sortes de questions que vous pouvez vous poser ou sur lesquelles vous avez des doutes. Votre chien n’est pas encore stérilisé, par exemple ? C’est justement lors de cette consultation que vous pourrez aborder ce sujet avec lui. 

Au contraire, si votre chien a été stérilisé, ce nouveau rendez-vous permettra de voir comment 8 à 10 mois après l’intervention votre compagnon a évolué. Ne serait-ce qu’au niveau de son poids idéal à préserver. Car il est évident que la stérilisation peut favoriser l’embonpoint. 

Des mesures existent afin de diminuer ce risque ou bien alors de traiter le problème à la base. Votre vétérinaire à les « clés » pour le faire et vous y aider, vous et votre chien. C’est son bien-être et sa santé qui sont en jeu. 

Souvenez-vous :  toute l’équipe vétérinaire est également à votre écoute. Disponible, elle pourra vous conseiller, sur place ou par téléphone sur telle ou telle question avant de savoir si la prise d’un rendez-vous est nécessaire. Vous pourrez également vous procurer au comptoir les traitements délivrés sans ordonnance ou ceux qui sont à renouveler, les produits de soin et d’entretien, les croquettes pour chien... 

Si vous disposez d’une assurance santé pour chien telle que proposée par SantéVet, vous pourrez utiliser votre budget prévention afin de financer ces achats. Il s’agit d’une somme renouvelée chaque année à utiliser chez le vétérinaire de votre choix. 

La santé de votre chien : prévenir en misant sur l’avenir

Peut-être aurez-vous également l’envie de partir voyager ou bien de changer de mode de vie, ce qui impactera sur celui de votre animal. Cette consultation sera l’occasion d’envisager d’adapter les traitements antiparasitaires. 

Le vétérinaire réévaluera le risque d’exposition aux parasites externes et internes, et prescrira les médicaments les plus adaptés pour l’année à venir. 

Ainsi d’une année sur l’autre, en fonction du mode de vie, des déplacements, des voyages… il sera tout à fait normal de ne pas avoir systématiquement les mêmes prescriptions de médicaments antiparasitaires, ni la même fréquence d’administration, car les risques pourraient avoir évolué. 

En cas de changement entre 2 consultations, n’hésitez pas à prévenir votre vétérinaire en lui demandant si cela peut avoir un impact sur la prescription passée, en attendant la prochaine consultation, ou s’il est nécessaire de revenir prochainement faire un bilan.

Bilan de santé, bilan annuel : une question de termes

Les termes varient. Selon les cliniques on parle de « médecine préventive », de « bilan de santé » ou encore de « bilan annuel ». Quel que soit le nom qu’il porte, ce rendez-vous important permettant de faire le point sur la santé de votre compagnon, s’effectue généralement lors des consultations vaccinales. 

Une à deux consultations en dehors de tout épisode de maladies ou d’accidents sont nécessaires, pour permettre au mieux à l’équipe soignante de prendre soin de la santé de votre chien et d’effectuer un bon suivi. 

Si l’état de santé de votre chien le nécessite, votre vétérinaire vous fixera bien entendu d’autres rendez-vous médicaux pour traiter des points particuliers. Pour prendre un exemple : il peut être essentiel d’ausculter votre chien dans le cas d’une anomalie pondérale importante ou bien de suspicion de trouble du comportement. 

Quand est-il important de consulter ? 

Vous connaissez votre chien. Vous remarquerez très vite une modification de ses habitudes. Comme une perte d’appétit, un abattement, des vomissements, de la diarrhée... Surtout si cela persiste depuis plus de 24 heures.  

D’une façon générale, sans attendre une forte dégradation de la santé de l’animal, dès qu’un symptôme ou un signe inhabituel vous apparaît ou encore bien sûr une blessure, il est important soit de consulter rapidement, soit d’appeler la clinique vétérinaire immédiatement en cas de doute. Certains cas constituent de véritables urgences vétérinaires et l’équipe étant prévenue de votre arrivée pourra anticiper la situation pour vous accueillir. 

Dans l’attente de recevoir votre chien, on vous conseillera sur la marche à suivre, ce qu’il faut faire et ne pas faire. Car toute erreur, souvent dans la précipitation et la panique, peut avoir de lourdes conséquences. Par exemple, en cas d’intoxication, faire vomir ou faire boire le chien peut être dangereux et aggraver son état. 

Si le problème survient un jour férié, vous pourrez si ce n’est pas le cas de votre cabinet vous orienter vers une clinique vétérinaire de garde, assurant les urgences. 

Le message sur le répondeur de votre vétérinaire vous indique généralement les coordonnées de la clinique assurant les urgences. Noter à l’avance les coordonnées des vétérinaires de votre lieu de résidence ou de villégiature peut s’avérer fort utile. 

En un mot comme en cent : votre clinique vétérinaire est votre partenaire de santé privilégié, et répondra à toutes vos questions et vous donnera les recommandations les plus adaptées concernant la santé de votre chien. Elle est votre interlocutrice privilégiée sur laquelle vous pouvez vous reposer.

 

Dr Ludovic Freyburger

Enseignant et consultant en médecine préventive à VetAgro Sup (École vétérinaire de Lyon). 

Président du groupe d'études en médecine préventive de l'AFVAC (Association de Formation des Vétérinaires pour Animaux de Compagnie). 

Directeur de la formation vétérinaire à la Compagnie des Animaux/SantéVet. 

 

A lire également

Alimentation et dentition du chien adulte

Comportement du chien adulte : faire le point

 

SantéVet

Ensemble, prenons soin de votre animal

Photos : 123RF

Vermifuge Tique Leishmaniose Anti-puces Éducation chiot Vaccination Mauvaise haleine Vers du chien Vers du chat Rage Moustique et insecte Antiparasitaire

A propos de l'auteur

Claude Pacheteau
Claude Pacheteau > Voir sa fiche
Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure