Claude Pacheteau

Tiques chez le chien : un parasite à ne surtout pas sous-estimer

Les tiques sont des acariens se nourrissant comme les puces du sang du chien. A la campagne comme en ville, le chien peut en attraper, car on les trouve aussi bien dans les sous-bois que sur les pelouses.

Il est important de traiter correctement et régulièrement son chien contre les tiques, car elles peuvent transmettre de graves maladies (piroplasmose, maladie de Lyme, ehrlichiose). Ce sont de plus des zoonoses, d’où l’importance de se montrer vigilant.

Une inspection régulière de son chien permet de repérer rapidement la présence d’une tique. 

Il faut agir très rapidement, car l’inoculation du germe responsable de la piroplasmose, par exemple, se fait de 36 à 48 heures après que la tique se soit fixée.

Ne pas arracher la tique !

Il ne faut pas arracher la tique, au risque de laisser la tête qui s’est plantée dans la peau, mais parvenir à la retirer entièrement.

On utilisait autrefois de l’éther pour l’endormir avant de la retirer, mais il est impossible d’en obtenir aujourd’hui chez le pharmacien.

On trouve désormais des « feutres » ou des crochets qui permettent de les extraire sans douleur (crochets de la marque O'Tom disponibles chez votre vétérinaire) en un tour de main. C’est un de ces accessoires qu’il est important d’avoir sur soi lorsque l’on part en vacances.

Les traitements préventifs sont nombreux et même s’ils ne parviennent pas à assurer une protection totalement imparable, il faut les appliquer régulièrement.

Comme pour les puces (parfois les traitements sont associés), la galénique est variée.

Il existe également un vaccin contre la piroplasmose qui n’assure pas une protection à 100 %, mais qui est une sûreté de plus.

A retenir

- A chaque retour de promenade, inspectez méticuleusement votre chien.

- Les tiques se logent facilement au niveau des oreilles, de l’abdomen ou encore les espaces interdigités (pieds). 

 

Santévet

Leader de l'assurance santé animale