L'actu des animaux

Actualité

Rage : un cas détecté chez un chien dans la Loire

Rage : un cas détecté chez un chien dans la Loire

Article publié le : 23/09/2015

Partagez sur :

L’institut Pasteur a confirmé jeudi 21 mai 2015 un cas de rage chez un chien de race bull terrier détenu square Louis Huguet sur la commune du Chambon-Feugerolles (Loire, 42). La préfecture du département recherche les personnes qui pourraient avoir été en contact, entre le 7 et le 16 mai, avec ce chien atteint de la rage.

L’institut Pasteur a confirmé jeudi 21 mai 2015 un cas de rage chez un chien de race bull terrier détenu square Louis Huguet sur la commune du Chambon-Feugerolles (Loire, 42). La préfecture du département recherche les personnes qui pourraient avoir été en contact, entre le 7 et le 16 mai, avec ce chien atteint de la rage.

Un bull terrier (dénommé Sultan et identifié sous le n° 250268712224163, selon la préfecture de la Loire) et détenu square Louis-Huguet au Chambon-Feugerolles, dans la Loire (42), est décédé de la rage après avoir mordu un proche et le chien d’un voisin. Trois autres personnes de l’entourage du propriétaire ont par ailleurs été en contact avec le chien et orientées vers le centre antirabique de l’hôpital Nord de Saint-Etienne.

 

Le chien issu des pays de l'Est a contracté la rage lors d'un séjour en Algérie

 

L’institut Pasteur a confirmé ce cas de rage chez ce chien le jeudi 21 mai 2015. Les investigations conduites par les services de l’Etat ont permis de révéler que ce chien aurait contracté la rage lors d’un séjour en Algérie. Il a été importé de manière illégal des pays de l’Est et est arrivé en France sans le moindre vaccin. Malgré les recommandations d’un vétérinaire, son propriétaire n’a pas jugé opportun de le faire vacciner contre la rage avant son départ pour l’Algérie. Le chien est revenu le 7 mai sur le territoire français en étant porteur de la rage.

La préfecture recherche toute personne qui aurait pu être en contact avec ce chien (léchage, griffage, morsure…), la rage étant une maladie mortelle. Toute personne qui aurait croisé Sultan depuis le 7 mai doit se faire connaître. « Même si elle a trouvé ce chien gentil », tient à souligner Nathalie Guerson, directrice départementale de la protection des populations. « Une simple caresse, avec une légère lésion sur la main suffit ! (...) On ne traite pas la rage une fois déclarée : la mort est inéluctable », a-t-elle encore insisté la vétérinaire. « Mais un traitement préventif permet d’être sauvé.» 

Une cellule d’information a été mise en place, en préfecture, au 04 77 48 47 58. Au 22 mai, sur les 19 personnes dont on est certain qu'elles ont été en contact avec le chien, seules 7 d'entre elles avaient été identifiées, retroiuvées et prises en charge. 

 

Mouvements restreints pour les chiens, chats et furets…

 

Par ailleurs, un arrêté préfectoral restreint les mouvements des carnivores domestiques (chiens, chats, furets) non valablement vaccinés contre la rage ou non identifiés, sur une partie de la commune du Chambon-Feugerolles.

Pour l'heure, une zone de restriction a été délimitée autour du lieu d’hébergement du chien déclaré atteint de rage. Cette zone est délimitée autour du Square Louis Huguet par la Route Nationale 88, l’impasse du Bouchet, rue du Bouchet puis l’avenue du parc, la D10 de l’intersection de l’avenue du parc et de la route de Malmont, puis rue Pasteur jusqu’au rond point franchissant la RN88. Sous-entendu que selon le résultat des investigations, cette zone de restriction pourra être étendue. 

Tout chien, chat voire furet qui ne seraient pas identifié et vacciné contre la rage et retrouvé errant risquerait l’euthanasie. Ils doivent donc être tenu enfermés.

Seront considérés comme valablement vaccinés contre la rage, les animaux dont la vaccination était en cours de validité le 7 mai 2015. Les chiens valablement vaccinés contre la rage mais dont la validité de la vaccination a débuté après cette date pourront circuler librement à l'intérieur de la zone de restriction à condition d'être tenu en laisse. Les chats, même vaccinés contre la rage doivent selon l'arrêté de la préfecture être maintenus enfermés. ils pourront circuler dans la zone de restriction en cage ou dans un panier fermé. 

Le dernier cas de rage en France remonte à octobre 2013, à Argenteuil (Val-d’Oise) en région parisienne. Il s’agissait d’un chaton ramené illégalement du Maroc via l’aéroport d’Orly.

 

Recommandations importantes

L'Agence Régionale de Santé Rhône-Alpes (ARS) appele dans un communiqué que : 

- Tout chien ou chat ou autre carnivore ayant mordu ou griffé une personne, doit être présenté à un vétérinaire par son propriétaire dans les 24 heures suivant la blessure. L’animal fait obligatoirement l’objet d’une surveillance sanitaire par le vétérinaire pendant 15 jours.

En cas de morsure :

- il faut immédiatement nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon, rincer abondamment et appliquer une solution antiseptique ;

- il ne faut pas manipuler les animaux sauvages ou errants surtout lorsqu’ils sont trouvés malades ou blessés

- il faut acheter tout animal de compagnie selon les circuits légaux afin d'éviter la réintroduction de la rage en France, et limiter les risques pour soi-même ou les autres.

 

SantéVet

Le spécialiste de l’assurance santé chien, chat et NAC

Photo DR

Vaccination Identification Rage

Partagez sur :

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure
Allô SantéVet

Dialoguez avec nos spécialistes !

SantéVet Web Call Back