layout/navbar/fr_FR/fr_FR/editoArticle/

L'actu des animaux

Dossiers

Protéger et s’occuper de son chien ou chat en hiver

Protéger et s’occuper de son chien ou chat en hiver

Article publié le : 02/12/2018

En hiver, il est important d’être à l’écoute de son chien ou chat et de ne pas commettre l’erreur de surestimer sa résistance au froid. Même si les chiens et chats résistent mieux que l’humain à la baisse des températures, certaines précautions s’imposent.

Age, santé, nature du poil… des facteurs à prendre en compte

Le chien et le chat résistent mieux au froid que l’humain.

Il n’empêche que selon son âge, son état de santé (malade, convalescent, animal souffrant de douleurs musculaires comme de l’arthrose entre autres), sa physiologie (chienne ou chatte gestante ou allaitante par exemple), certains sont plus sensibles et fragiles que d’autres.

Tout dépend de leur race ou type également, les chiens de petite taille peuvent craindre davantage les frimas, tout comme les chiens maigres. Mais un chien souffrant d’obésité ne sera pas plus résistant pour autant. C’est la même chose pour les chats.

La nature de leur poil (avec ou sans sous-poil) fait aussi la différence. Les chiens et chats à poils longs et ceux avec un sous-poil épais ressentiront moins les méfaits du froid que les races à poil court ou ras.

Tenir compte du mode de vie

Le mode de vie va également influer sur la résistance à la baisse des températures et à une météo hivernale.

Les chiens rustiques capables de vivre dans une niche confortablement installée à l’extérieur et bien isolée (à l’abri du vent et des courants d’air) pourront conserver ce mode de vie durant l’hiver.

Mais nombreux sont les chiens qui vivent désormais auprès de leurs maîtres, à l’intérieur des foyers, qui sont d’ailleurs parfois surchauffés.

Lors des sorties, le changement de température peut être, en toute logique, plus fortement ressentie chez ces chiens.

Le froid sec est mieux supporté que le froid humide par les animaux

Un froid sec sera mieux supporté par le chien qu’un froid humide. Le port d’un manteau pourra alors être une bonne précaution.

Au retour de promenade, il évite ainsi que le dessous du ventre ne soit mouillé. Les pattes pourront être essuyées et séchées.

De même, si le chien marche dans la neige, les mêmes précautions s’imposent. Il faudra d’ailleurs penser à vérifier aussi les coussinets. La glace qui s’y « accroche » pourra être éliminée en les rinçant à l’eau tiède, tout comme le sel de déneigement. Ce dernier est non seulement irritant, mais également toxique.

Prendre soin des coussinets 

L’entretien des coussinets permettra de vérifier l’absence de corps étrangers, comme de petits cailloux, par exemple. Les poils entre les doigts pourront être coupés.

Et si le chien vit dans un endroit enneigé, une solution tannante disponible chez le vétérinaire pourra être appliquée. Elle évitera les gerçures et crevasses

De la vaseline ou un produit adapté disponible également en clinique (il suffit de demander conseil à l’ASV, auxiliaire spécialisé vétérinaire) peut aussi être appliquée sur la truffe et le bout des oreilles.

Enfin, si certains chiens aiment jouer dans la neige, mieux vaut faire en sorte d’éviter qu’ils en ingèrent. Cela peut provoquer des troubles gastriques (diarrhée, vomissements). 

Attention au coup de blues et à la prise de poids !

L’hiver, hormis la baisse des températures, ce sont aussi des jours qui raccourcissent. Mais pas question pour autant de priver le chien de son besoin de se dépenser. Cela est important, tant pour son bien-être physique que « psychique ».

N’envisager les sorties durant l’hiver que pour les besoins et c’est le coup de blues qui risque de s’installer chez le chien ! Donc le rythme devra être maintenu. Une laisse et/ou un collier réfléchissant pourront offrir davantage de sécurité lors des sorties à la nuit tombée.

Le chat devra pour sa part pouvoir conserver ses habitude et gérer ses sorties si tel est déjà le cas le reste de l’année.

Une prise de poids par manque d’exercice : voilà aussi une autre conséquence de l’hiver. Cela concerne aussi bien le chien que le chat dont les sorties seraient réduites.

Adapter la ration et ne pas sous-estimer l’échauffement avant l’effort

D’ailleurs, du point de vue de l’alimentation, il est possible de demander conseil au vétérinaire pour les rations du chien vivant à l’extérieur ou pour celui pratiquant une activité ou un sport canin. Car dans ce cas - à la différence de l’animal vivant à l’année à l’intérieur et chez lequel il ne faut rien changer -, il peut être recommander d’augmenter la ration journalière (jusqu’à 30% en moyenne en fonction du chien).

Le chien sportif aura aussi besoin d’un échauffement avant de fournir des efforts afin de prévenir tout risque de claquage, entorse, rupture des ligaments croisés, et autres troubles musculaires.

 

Il n’aime pas la pluie !

Quelques gouttes de pluie et le chien ne veut pas sortir. A peine s’il met le bout de la truffe dehors qu’il fait immédiatement demi-tour.

Pourtant, les sorties ne serait-ce que pour les besoins, demeurent indispensables.

Là c’est au maître de se faire violence et... tirer un peu davantage sur la laisse !

Certains chiens semblent l’avoir bien compris : plus vite ils font leurs besoins, plus vite ils sont rentrés !

Une astuce : un grand parapluie pour abriter le mieux possible maître et chien. 

 

En hiver aussi, restons solidaires

Véritable lien social, l’animal de compagnie (chien ou chat) occupe une place de plus en plus importante au sein des foyers.

L’animal de compagnie permet aussi aux personnes qui traversent une période de stress et de difficultés de ne pas rester isolées.

Favoriser la bonne santé des animaux de compagnie et ce quel que soit le niveau de revenus des propriétaires, devient un enjeu de société, un enjeu citoyen.

Avec la venue de l’hiver, la notion de solidarité revient - malheureusement – sur le devant de la scène et fait l’actualité.

SantéVet, spécialiste de l’assurance santé animale, a donc créé le fonds de dotation SantéVet Solidarité pour permettre aux propriétaires d’animaux en grande difficulté de continuer à soigner leurs compagnons.

Parce que dans un contexte difficile, il est important pour tous de pouvoir financer les soins vétérinaires nécessaires à son animal de compagnie.

Chaque don, quel que soit son montant, permettra de soutenir et d’aider un propriétaire en difficulté.

Pour en savoir plus sur SantéVet Solidarité : santevetsolidarite.org

 

SantéVet

Assurer son animal, c'est pas bête ! 

Arthrose Coussinet Obésité
Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure