Claude Pacheteau

Piroplasmose : un antiparasitaire pour protéger le chien

C’est une tique qui est responsable de la piroplasmose chez le chien. Un vaccin existe, mais dont l’efficacité n’atteint pas les 100 %. D’où l’intérêt d’être vigilant et surtout de jouer la carte de la prévention grâce à l’utilisation régulière d’un antiparasitaire. 

 La piroplasmose, appelée aussi babésiose, est une maladie parasitaire véhiculée par une tique et qui détruit les globules rouges du sang ; c’est l’une des pathologies les plus fréquentes chez le chien.

Elle doit être diagnostiquée et traitée rapidement par le vétérinaire, car les complications peuvent être graves et elle est mortelle si elle n’est pas prise à temps.

Les symptômes sont nombreux et variés et n’apparaissent pas tous nécessairement : abattement, fièvre, perte d’appétit, coloration anormale des urines, etc.

Le diagnostic n’est pas toujours évident et seul le vétérinaire est à même de l’établir, tout comme le traitement à entreprendre.

 

Une protection efficace

 

On peut mettre en place des actions efficaces afin de protéger au mieux son chien. Ainsi, Fort Dodge (un laboratoire vétérinaire) a mis au point un produit innovant se présentant sous forme de spot-on (pipettes), délivré sur prescription vétérinaire.

Ce produit assure une action préventive sur l’infestation par les tiques (mais aussi les puces) et permet également de débarrasser le chien des parasites qu’il pourrait déjà héberger.

La protection contre les tiques est active durant quatre semaines et ces pipettes sont extrêmement efficaces contre les espèces de tiques les plus présentes en Europe.

Un autre des avantages du produit est qu’il n’est pas nécessaire de devoir retirer les tiques présentes sur l’animal : l'action unique de ce nouveau produit entraîne la chute, puis la mort de la tique, avant qu’elle n’ait eu le temps de se nourrir sur l’animal sur lequel elle s’est posée.

Il peut être utilisé sur les chiots dès l’âge de 8 semaines et son application est d’une grande facilité. L’essentiel est de bien séparer les poils et d’appliquer le contenu de la pipette sur la peau, entre les omoplates, et le plus près possible de la base du cou, là où le chien ne peut pas se lécher.

 

SantéVet

Le spécialiste de l’assurance santé chien, chat et NAC