layout/navbar/fr_FR/fr_FR/editoArticle/

L'actu des animaux

Actualité

Le chat est-il moins proche que le chien ? Pas si sûr !

Le chat est-il moins proche que le chien ? Pas si sûr !

Article publié le : 11/04/2019

Une étude menée en 2018 montre qu’en France il existe deux types de propriétaires de chats : les sensibles et les pragmatiques. Dans les deux cas, le chat reste un compagnon quotidien et… exceptionnellement proche !

Déjà utilisée par la Fondation Affinity pour étudier les comportements des propriétaires de chiens en Espagne*, l’étude Cat Ownership Relationship Scale(CORS) s’est penchée pour la première fois en France sur les propriétaires de chats**.


Cette étude scientifique est basée sur la théorie d’échange social d’Emerson (développée auparavant en Australie), et qui repose sur une évaluation permettant de mesurer les 3 dimensions du lien humain-animal établies dans cette théorie : le mode d’interaction, le lien émotionnel, le coût perçu.

France : un vrai pays de « Cat Lovers » !

La France est le pays d’Europe de l’Ouest qui présente le plus grand nombre de chats par habitant : 13,5 millions de chats domestiques.  Ce chiffre a bondi en 10 ans, passant de 10 millions en 2006 à 13,5 millions en 2016 (Source FACCO). Ce qui signifie qu’une famille sur 3 partage sa vie avec au moins un chat.


A l’inverse, la France est l'un des pays européens avec le moins de chiens par ménage, 7 points en dessous de la moyenne européenne et loin de ses voisins les plus proches, comme la Belgique, les Pays-Bas, l'Allemagne ou l'Espagne.

Quoiqu’ils disent, les Français ont une relation très forte avec leurs chats

Les chats leur sont à la fois des soutiens et des confidents.

« Bien que notre relation au chat soit moins étudiée par les scientifiques que notre relation au chien », indique Marine Grandgeorge, du Laboratoire EthoS - Ethologie Animale et Humaine, à l’Université de Rennes 1, et qui a participé à cette étude. « Il n’en reste pas moins que nous connaissons ses apports : rôle de confident et d’ami mais aussi d’anxiolytique (la simple présence d’un chat diminue le rythme cardiaque). Pour autant, et ce qui est étonnant, les Français ont dans leur majorité une façon pragmatique d’aborder leur relation à leur chat. Reste à comprendre pourquoi...»

Le chat : un animal très étonnant

« Le chat est un animal très étonnant. Nous le considérons très souvent comme un être indépendant et solitaire, ressentant peu d'attachement avec son maître. Or, cette étude unique en France, démontre qu'entre les Français et leur(s) chat(s), c'est une véritable histoire d'amour », indique pour sa part Perrine Jost, responsable de la Fondation Affinity en France. « Les chats y apparaissent dotés de nombreuses qualités, comme par exemple leur soutien infaillible face aux difficultés de la vie pour 60% d'entre eux, et jouant un véritable rôle de confident pour près de la moitié des répondants. Le chat est aujourd’hui un véritable ami pour l'homme. »

*Etude scientifique MDORS, dont les résultats ont démontré que différents modèles de relation propriétaire-chien peuvent exister et qui ont été publiés dans PlosOne en 2016 (Calvo et al, 2016).

**496 propriétaires français de chats ont répondu à cette étude. L’échantillon était équilibré en termes de caractéristiques démographiques, de sexe, d’âge, de lieu géographique, d’éducation et de revenu.

 

Les Français et leurs chats : des chiffres qui en disent long

- Plus de 97% des propriétaires de chats passent du temps chaque jour à les regarder. 


- 2 propriétaires de chats sur 3 embrassent leurs chats au moins une fois par jour. 


- Pour 60% des propriétaires, vivre avec un chat est un moyen de mieux faire face aux 
situations difficiles. 


- Près la moitié des gens disent à leurs chats ce qu'ils ne disent à personne d'autre. 


Les Français établissent ainsi de très forts liens sociaux et émotionnels avec leurs chats.
Cette évidence contraste avec la perception largement répandue que les relations entretenues avec les chats seraient en quelque sorte plus froides ou plus éloignées que celles avec les chiens.

Vivre avec un chat enrichit son réseau social et représente une source très importante de soutien émotionnel permettant de faire face à des situations difficiles. Pour beaucoup de propriétaires de chats, celui-ci devient un ami très proche, avec lequel ils peuvent facilement s'entretenir. Après tout, les chats aiment leurs propriétaires mais ne parlent pas, ce qui en fait le parfait confident. 
Ce n’est pas une charge de s’en occuper 


A noter aussi que près de 3 propriétaires de chats sur 4 pensent qu'il est facile de s'occuper de leurs chats, et que cela ne les empêche jamais de faire ce qu'ils veulent. 


Sur le plan financier, les 2/3 des propriétaires de chats déclarent que prendre soin de leurs chats n'est pas onéreux. 
Second enseignement : 2 grands profils de propriétaires se distinguent

 

2 grands « schémas » de relation avec les chats

Selon cette étude, il y a d’un côté les émotifs (pour 32% d’entre eux, soit un bon tiers), et de l’autre les pragmatiques pour 68% (soit les 2/3).


Quels que soient leurs situations, d’âge, de profil, de lieu d’habitation... On retrouve ces 2 profils de façon uniforme en France. 


Les émotifs ont une relation bien plus intense avec leurs chats que les pragmatiques 
Ils le considèrent comme un confident qui ne les juge pas, voire comme une véritable personne qui les soutient au quotidien.

- 92% des propriétaires émotifs embrassent leur chat au moins une fois par jour, contre 54% des propriétaires de profil pragmatique. 


- 5 fois plus de propriétaires émotifs (vs pragmatiques) déclarent recevoir un soutien particulièrement fort de leur chat dans les moments difficiles. 


- Près d’1 propriétaire émotif sur 2 raconte à son chat ce qu'il ne dira à personne d'autre, tous les jours, contre seulement 9% chez les propriétaires pragmatiques. 


- De même, 62% des émotifs trouvent que s’occuper d’un chat n’est pas contraignant, vs 32% pour les pragmatiques. 
Les pragmatiques n’ont pas besoin du même niveau de soutien 
Loin d’être de mauvais propriétaires pour autant, ils ont une relation plus lointaine avec leur chat : par exemple, ce sont eux qui découragent leur chat d’accéder aux pièces ou de monter sur le canapé. 
Etonnant ! Les personnes sans emploi sont des propriétaires émotifs 
Ils ont en effet 7 fois plus de chances d’appartenir à ce groupe, leur chat étant un partenaire quotidien particulièrement important. Ce sont aussi les émotifs qui offrent un panier à leur chat car ils sont particulièrement attentifs au bien-être de leur animal. Pour ces personnes au chômage, souvent confrontées à un stress accru, leur chat les rassure, leur apporte de la confiance et de la sérénité.

 

Pour en savoir plus sur la Fondation Affinity 

 A lire également : Les chiens rendraient-ils plus heureux que les chats ? 

 

SantéVet

Ensemble, prenons soin de notre animal

Photo : 123rf

Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure