Claude Pacheteau

Wallonie : un plan de stérilisation pour les chats errants

Plus de 100 communes wallonnes ont répondu à l’appel du ministre du bien-être animal, Carlo Di Antonio afin de mettre en place un plan de stérilisation des chats errants. Et lutter ainsi contre leur prolifération et leurs conséquences.

Plus de 100 communes wallonnes ont répondu à l’appel du ministre du bien-être animal, Carlo Di Antonio afin de mettre en place un plan de stérilisation des chats errants. Et lutter ainsi contre leur prolifération et leurs conséquences.

Antoing, Ath, Brugelette, Brunehaut, Celles, Comines, Enghien, Estaimpuis, Flobecq, Lessines, Mouscron et Tournai ont obtenu, pour ce faire, un subside de 1.000 euros de la Région wallonne. Le but : localiser chats errants, les attraper et les faire stériliser.

Ce programme de stérilisation doit s’étaler jusqu’au mois de janvier 2016. Il sera pour cela fait appel à des vétérinaires volontaires.

« La population de chats errants a augmenté de manière significative ces dernières années en Wallonie, causant une surpopulation dans les refuges et de multiples nuisances dans les villes et communes », explique Carlo Di Antonio ministre du bien-être animal.

 

2017 : tous les chats wallons devront être normalement castrés

 

« Les chats sont aussi susceptibles de transmettre des maladies aux humains comme la toxoplasmose ainsi qu’aux autres chats », assure-t-il encore.

Dès 2017, tous les chats de Wallonie devront être castrés. Un texte de loi doit être voté en ce sens. Et Bruxelles sera vraisemblablement concerné par cette même mesure.

En dehors des éleveurs, plus personne en Wallonie ne devrait donc être en possession d’un chat adulte s’il n’est pas castré ou stérilisé. Le ministre Di Antonio a annoncé que le texte sera voté dans le courant 2016. Le ministre Di Antonio pense pour cela organiser des journées de stérilisation gratuite.

Gaia est une des associations qui revendique l'obligation légale de stériliser ou de castrer des chats (errants et domestiques) afin de réduire drastiquement le nombre de chats tués, abandonnés ou euthanasiés.

En Belgique, a situation n’est pas simple : normalement depuis le 1er septembre 2014, tous chats de particuliers ou éleveurs devraient être stérilisés, identifiés et enregistrés avant d'être vendus ou donnés. Ce qui n’est pas le cas a priori. Seules exceptions : pour les chats destinés à un élevage agréé ou destinés à des maîtres à l'étranger.

 

SantéVet

Le spécialiste de l’assurance santé chien et chat

Photo : CP/SantéVet