layout/navbar/fr_FR/fr_FR/editoArticle/

L'actu des animaux

Actualité

Lara : une petite chienne sauvée par le DVEL et SantéVet

Lara : une petite chienne sauvée par le DVEL et SantéVet

Article publié le : 04/06/2019

L’histoire de Lara aurait malheureusement pu connaître une fin tragique. Après une chute de 5 mètres ce croisé beauceron de 4 mois se fracture les deux coudes. Son propriétaire, malgré sa dévotion, ne peut faire face aux frais vétérinaires. C’était sans compter sur le dévouement des étudiants du DVEL, Dispensaire Vétérinaire Étudiant de Lyon, qui vient en aide aux personnes démunies, marginalisées ou en difficulté afin de dispenser aux animaux des soins gratuits ou à moindre coût. SantéVet, par le biais de sa fondation SantéVet Solidarité, a participé également à ce ‘’sauvetage’’. Une mobilisation de tous qui a sauvé la vie de la petite Lara.

24 avril : Lara, une petite chienne croisée beauceron de 4 mois est victime d’un grave accident : elle chute d’un entrepôt de 5 mètres. Elle se réceptionne sur les pattes avant, mais se fracture alors les 2 coudes.

Impossible pour son maître qui vit dans la rue de faire face aux frais vétérinaires qu’il faut alors engager.

Touchés par l’histoire de Lara, le DVEL (Dispensaire Vétérinaire Étudiant de Lyon) prend en charge les frais de l’opération. Le dispensaire contact également SantéVet Solidarité, un des partenaires du dispensaire lyonnais, pour l’aider dans la prise en charge.

De son côté, le maître de Lara fait tout son possible : il participe à hauteur de ses moyens et met en place des cagnottes chez les commerçants de son quartier.

Lara a repris du « poil de la bête » !

Grâce au dévouement de tous, les jours de Lara ne sont plus en danger. Elle se remet doucement de ses ‘’émotions’’ et a vite réappris à marcher.

Quotidiennement, le maître de Lara prend des nouvelles de sa petite chienne et vient lui rendre visite avant de pouvoir la retrouver enfin à ses côtés.

Lara fait partie de ces animaux qui sont ceux que le Dispensaire Vétérinaire Étudiant prend en charge. Son but est de promulguer des soins gratuits ou à moindre coût aux animaux de personnes démunies, marginalisées ou en difficulté. 

Des animaux sauvés et des structures ‘’accompagnées’’

Quelque 150 animaux ont pu ainsi être sauvés les années dernières ; un chiffre en constante augmentation.

Mais les missions du DVEL ne s’arrêtent pas là. « Nous accompagnons les structures dans leur accueil de l'animal », précise Théo Noguer, étudiant à VetagroSup et entre autres Chargé de mission DVEL (photo).

« Nous les aidons à aménager leurs structures : installation de chenils, de coins pour isoler les chiens si de nombreux animaux sont présents... Et nous formons les travailleurs sociaux afin qu'ils sachent conseiller les propriétaires sur l'entretien de leur animal », poursuit-il. « Ils savent répondre aux questions classiques concernant les antiparasitaires, la vaccination, l'identification... Et ils savent ainsi rediriger le propriétaire vers une consultation vétérinaire si besoin. »

Augmenter le nombre de places en hébergement pour les propriétaires d'animaux des sans-abris

« Notre action permet un véritable changement de position des structures d'accueil et des travailleurs sociaux », insiste encore Théo Noguer. Car il y a en moyenne pour l’heure moins de 10% des structures qui acceptent les propriétaires d'animaux.

« Nous sommes en train d'aider une nouvelle structure d'accueil afin d’accueillir les propriétaires d'animaux. Le but à long terme est d'augmenter le nombre de places en hébergement pour les propriétaires d'animaux des sans-abris. »

En résumé, le DVEL travaille autour de 3 axes :

« - Former les travailleurs sociaux afin que les structures d'accueil acceptent les animaux de personnes sans-abri.

- Assurer le suivi sanitaire, vétérinaire et comportemental gratuit des animaux accueillis dans ces structures.

- Sensibiliser le grand public à l'importance du chien afin de déconstruire l'image négative du chien des sans-abris. »

« Aujourd'hui, nous assurons principalement des soins de médecine préventive, de façon très régulière dans les structures d'accueil. Nous venons de mettre en place un partenariat avec le fond SantéVet Solidarité, qui nous permet de prendre en charge les urgences vitales. Nos bénéficiaires peuvent se tourner vers les travailleurs sociaux des structures que l'on accompagne. Ce sont eux qui nous contactent ensuite pour que l'on organise la prise en charge. »

« Les structures auprès desquelles nous intervenons sont des centres d'accueil de jour pour personnes en grande précarité (CAARUD Pause Diabolo, CAARUD Ruptures, Accueil de jour Interlude) et deux centres d'hébergement (CHRS Alynea et CHRS Maison de Rodolphe). » Elles sont situées principalement sur la métropole lyonnaise. Mais aujourd'hui le DVEL étend également son  action dans toute la région Rhône-Alpes : « Nous intervenons à Bourgoin-Jallieu et sommes en train de voir pour intervenir à Grenoble. »

Une autre ‘’image’’ du vétérinaire 

Une fois soignés, il y a un suivi des animaux pris en charge. « En général, on les voit 2 à 4 fois par an chacun pour les vaccinations, les antiparasitaires ou simplement un checkup de l'état général. »

Tout cela contribue au final à donner une autre image du vétérinaire telle que l’on peut parfois l’avoir : « En effet, cela contribue à donner une nouvelle image du vétérinaire, plus tourné vers le social », conçoit Théo Noguer. « Selon une étude IPSOS, 72% des jeunes cherchent un métier en adéquation avec leurs valeurs. Le Dispensaire Vétérinaire Etudiant leur permet de concilier des valeurs humaines, sociales et tournées vers les autres et leur futur métier », conclut-il.

 

Pour en savoir plus sur le DVEL

Le DVEL a été créé en 2008, à la base avec la volonté de prodiguer des soins vétérinaires aux animaux de personnes sans-abri à Lyon.

« L'association a malheureusement eu une petite période d'arrêt en 2013. Nous l'avons relancé en 2016 avec la volonté d'y apporter un côté plus social et de réussir à faire changer l'image du chien des sans-abri », indique Théo Noguer.

Cette année, l'équipe du DVEL se compose de 92 étudiants vétérinaires lyonnais bénévoles.

« Nous sommes une équipe de 8 à gérer le projet et nous avons en plus une stagiaire en communication de l'école ESCD 3A. Nous avons également une quinzaine de vétérinaires diplômés, salariés de VetagroSup, qui nous aident bénévolement chaque année. »

Pour y accéder, aucune condition : « Nous acceptons toutes les personnes motivées et leurs talents en tant que bénévoles ! Aujourd'hui en plus des bénévoles, nous avons 1 stagiaire en communication. »

 

SantéVet, un des partenaires du DVEL

« SantéVet nous aide à mieux cadrer et développer le projet. Ils font maintenant partie du comité de pilotage que nous réunissons. Ils nous aident aussi en nous mettant en relation avec des partenaires potentiels. Nous avons mis en place un partenariat avec SantéVet Solidarité qui nous permet d'assurer la prise en charge des urgences vitales, comme ce fut le cas avec Lara », se réjouit Théo Noguer.

  

Contacts

 - D.V.E.L.

Dispensaire Vétérinaire Étudiant de Lyon

1, avenue Bourgelat

69280 Marcy-l'Etoile

contact.dvel@gmail.com

Formulaire de contact

Site Internet

SantéVet Solidarité 

 

A lire également

Le récit de Lara, chiot sauvé par le DVE et SantéVet

   

SantéVet

Ensemble, prenons soin de votre animal

Photos/DR : DVEL

Partagez cet article

Assurez-le !

En savoir plus

Offrez à votre animal la protection qu'il mérite !

Découvrez l'assurance pour animaux de compagnie !

Je l'assure