Chien, chat et furet en chaleur : une période propice aux changements de comportement

Article publié le : 23/04/2013

Chien, chat et furet en chaleur : une période propice aux changements de comportement

Par « chaleurs », on entend la période durant laquelle la chienne, la chatte ou encore la furette sont aptes physiologiquement à la reproduction. Cela occasionne un changement de comportement, perceptible également chez les mâles.


Chaleurs et rut chez le chien


Chez la chienne, les chaleurs commencent à la puberté, soit vers l’âge de 6/7 mois chez les chiens de petite race et jusqu’à 12/18 mois chez ceux de moyenne et grande race. 

Dès lors, la chienne sera capable de reproduire toute sa vie durant, en ce sens où il n’y a pas de système de ménopause. 

C’est dès l’âge de la puberté que les chaleurs commencent à apparaître au rythme de deux fois l’an en moyenne, au printemps et à l’automne, bien que ce ne soit pas une règle établie. 

Les chaleurs peuvent se déclencher à une autre période de l’année et jusqu’à trois fois par an. Généralement, l’écart entre deux périodes de chaleurs sera à chaque fois le même. 

Il existe aussi quelques exceptions dans les races canines. Ainsi, la femelle dogue du Tibet et le basenji, par exemple, ne connaissent qu’une seule période de chaleurs par an. 

Les chaleurs chez la chienne comprennent deux phases, même si l’on peut là aussi noter des variantes d’un animal à l’autre dans leur durée : le pro-oestrus (avec gonflement de la vulve et pertes de sang) de 2 à 25 jours et l’œstrus (de 5 à 15 jours), période durant laquelle la chienne va accepter l’accouplement. 

Le mâle peut pour sa part saillir une chienne dès sa puberté. Le moment le plus propice est celui de l’ovulation chez la chienne (elle peut donc être saillie dès le septième jour de ses chaleurs). 

Il n’y a pas de cycle à proprement parler chez le mâle qui peut être en rut dès sa puberté dès lors qu’il croise une chienne en chaleurs. 

Il est par ailleurs capable de repérer une femelle en chaleurs à très longue distance, ce qui entraîne un risque de fugue. Cela est à l’origine chez le mâle d’un état d’excitation qui peut le rendre comme « fou ». 

Autre risque à ne pas sous-estimer : celui d’une bagarre avec un ou d’autres mâles en « concurrence ». Une attitude que l’on retrouve aussi chez les chats mâles d’ailleurs. 


Les chaleurs chez le chat


Si les races à poil court peuvent être plus précoces que celles à poil longs, la puberté chez la chatte s’établit entre 4 mois et un an suivant les individus (6 mois en moyenne). 

Contrairement au chien, la chatte peut avoir plusieurs périodes de chaleurs dans l’année ; celles-ci durent de 4 à une dizaine ou quinzaine de jours. 

L’attitude d’une chatte qui a ses chaleurs est caractéristique : elle miaule, se frotte, se roule, rampe au sol en soulevant la queue…  Comme chez la chienne, la chatte ne connaît pas la ménopause et peut donc reproduire jusqu’à un âge avancé, ce qui n’est là non plus pas conseillé. 

Le risque de saillie est d’autant plus grand chez la chatte, qu’un cycle se « remet en route » (parfois de 10 jours à un mois plus tard) s’il n’y a pas eu accouplement. Car chez la chatte, c’est l’accouplement qui déclenche l’ovulation. 


Mâles et femelles, chiens et chats : une vie sans sexualité


Chiens et chats, mâles et femelles, peuvent tout à fait vivre sans avoir de petits. L’idée reçue selon laquelle il serait nécessaire qu’ils aient au moins une portée est complètement reçue. 

De plus, avoir des petits, que ce soient des chiots ou des chatons, ne s’improvise pas. Cela demande du travail, de l’attention… la question de leur devenir doit aussi se poser. Certaines races de chiens et chats sont par ailleurs très prolifiques !

La castration du mâle est une intervention qui n’est pas bien acceptée de tous les maîtres, particulièrement chez le chien ; il existe pour eux un implant qui va « stopper » durant un laps de temps sa libido, demandez conseil à votre vétérinaire. 

Pourtant, comme pour la femelle avec la stérilisation, cela peut éviter certains problèmes de santé. Mieux vaut prévenir et choisir une stérilisation chirurgicale que médicamenteuse chez le chien et le chat. Là aussi, parlez-en avec votre vétérinaire et son équipe. 

Un animal stérilisé va grossir ! Pour palier la prise de poids et le risque d'obésité, le cas échant, le vétérinaire vous conseillera une adaptation de son alimentation (changement ou régime), voire de l’activité physique. 

Insémination artificielle en reproduction canine et féline

La reproduction est une technique très bien suivie en médecine vétérinaire. Ainsi, il est possible en vue d’une saillie souhaitée de procéder à un contrôle des chaleurs chez la chienne qui permettra de connaître le moment de l’ovulation. 

De même, l’insémination artificielle (chez le chien, mais aussi le chat) permet d’avoir recours à de la semence congelée. Cette technique est principalement utilisée par les éleveurs. Elle permet d’optimiser la saillie, de résoudre les problèmes de distances entre la femelle et le mâle, voire d’éviter la transmission de certaines maladies. 

 

Furet : un cycle sexuel particulier chez la femelle

L’aplasie médullaire est une maladie à laquelle est exposée la femelle furet (furette) et qui atteint la moelle osseuse. 

Tant que la femelle furet ne s’accouple pas – donc durant ses chaleurs qui débutent dès le printemps  – cette production n’est pas interrompue. Elle devient toxique pour les cellules de la moelle osseuse. 

D’où l’importance de faire stériliser une furette qui n’est pas destinée à la reproduction, l’aplasie médullaire étant mortelle à plus ou moins long terme. 

Deux techniques de stérilisation peuvent être proposées par le vétérinaire. Soit le retrait des ovaires (ovariectomie), soit le retrait des ovaires et l’utérus (ovario-hystérectomie). 

Pour les furettes, comme pour les mâles, il existe aussi un implant contraceptif. Cela constitue une alternative à la stérilisation chirurgicale définitive. Créé au départ pour les chiens, il est utilisé chez d’autres espèces depuis maintenant plusieurs années.




SantéVet

Le spécialiste de l’assurance santé chien, chat et NAC

 

Photos : 123rf/Fotolia.com


Tags : Castration  -  Chaleur  -  Reproduction  -  Stérilisation  -  Obésité

COMMENTAIRES


dany
02/05/2013
Il est nécessaire de faire stériliser les animaux, aussi bien pour ceux-ci, qui se sentent mieux dans leur tête, que pour les maîtres. J'ai toujours fait stériliser mes animaux ce qui a empêché ceux-ci d'avoir des problèmes de santé et surtout de vivre plus longtemps que ceux non stérilisés! Je parle par expérience! Si tout le monde faisait stériliser leur chat (te) par exemple il n'y aurait pas tous ces petits chatons malheureux abandonnés à l'extérieur...